Le commerce international de fleurs menace la survie d’un palmier en Amérique Centrale

Une étude publiée dans Plos One révèle que le palmier Chamaedora ernesti-augusti aussi appelé palmier queue-de-poisson est menacé par la forte demande venant des marchés aux fleurs. Utilisées dans la confection de bouquets, les feuilles de l’arbre sont très appréciées car « une fois que vous l’avez coupé, elle reste verte pendant 30-40 jours. Il peut y avoir environ deux semaines entre sa coupe et sa livraison, mais les fleuristes peuvent encore la stocker pendant deux ou trois semaines » explique Sophie Williams de l’Université galloise de Bangor. En 2006, un programme avait été lancé par le Royaume-Uni Darwin Initiative Project et le Belize Botanic Garden, pour former les récoltants à la culture de l’arbre afin de préserver les palmiers sauvages, l’arbre qui à généralement cinq feuilles est endommagé si plus de deux feuilles sont coupés. « Le programme de formation était super … mais nous devons examiner d’autres facteurs qui pourraient empêcher la formation d’avoir un impact. » confie Mme Williams. En effet, cet outil de conservation est efficace, mais les récoltants rencontrent des difficultés à accéder à la propriété foncière et aux semences, rapporte BBC News.

Ecrire un commentaire

Un rapport de l'ONU demande la réaffectation de 470 milliards de dollars de subventions agricoles qui nuisent aux prix des denrées et nous éloignent des objectifs environnementaux et sociaux

Lire l'article