Un massacre d’éléphant sans précédents au Cameroun

Des braconniers auraient massacré 200 éléphants en 6 semaines au cœur du parc national Camerounais de Bouba Ndjida. Le gouverneur du nord du Cameroun, Gambo Haman, met directement en cause des braconniers extérieurs au pays : « Nous parlons ici d’un cas très sérieux de braconnage trans-frontalier, impliquant des braconniers armés en provenance du Tchad et du Soudan qui déciment la vie sauvage pour faire de l’argent facile avec le commerce international de l’ivoire ». Ces pillages trans-frontaliers sont courants durant la saison sèche dans cette région mais l’ampleur de ce massacre est sans précédents selon l’Ifaw (International Fund for Animal Welfare). Le Cameroun confie, au journal The Guardian, son incapacité à déployer des forces de surveillance sur l’ensemble du parc national. Selon l’Ifaw, le nombre d’éléphants restant au Cameroun est incertain. La dernière estimation, de 2007, estimait ce nombre entre 1000 et 5000 individus. L’association Traffic relie ces pics de braconnage avec l’augmentation des investissements Chinois sur le continent.

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • montec

    assassinats d’éléphants
    l’assassinat de 200 éléphants au Cameroun par des braconniers ne peut rester impuni . cette barbarie implique peine de mort.
    la communauté internationale s’indigne de ce fait ignoble qui dépasse l’entendement .
    l’infiltration par le Tchad et le Soudan nécessitent le déploiement de forces militaires .

En Espagne, le lynx sauvé de l'extinction par un programme d'élevage en captivité

Lire l'article