Legacy, le film événement de Yann Arthus-Bertrand, retrouvez nos news et interviews exclusives sur le documentaire dont tout le monde parle

Les oiseaux se cachent pour mourir…à Fukushima

Les populations d’oiseaux ont considérablement diminué autour du complexe nucléaire de Fukushima. En effet, des chercheurs ont identifié et compté les oiseaux de 300 sites autour de Fukushima où les radiations sont comprises entre 0,5 et 35 microsieverts par heure. Et ils ont comparés ces résultats à ceux observés à Tchernobyl. Pour 14 espèces communes à Fukushima et à Tchernobyl, les résultats montrent un impact plus fort sur les oiseaux japonais. Selon Timothy Mousseau dans Physorg, biologiste à l’université de Caroline du sud : « Ces oiseaux, qui n’ont jamais expérimenté des radiations de cette intensité doivent être particulièrement sensibles aux contaminants radioactifs ». A l’inverse, sur les populations d’oiseaux endémiques des deux régions, les effets à Tchernobyl ont été plus marqués avec la disparition complète de plusieurs espèces. « Nos résultats mettent en évidence la nécessite de rechercher le pourquoi des différences de sensibilité entre les espèces, dès l’exposition ou sur plusieurs générations d’exposition » ajoute Timothy Mousseau.

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • belghit abbes guide ecologique à l(ESTALGERIE

    les oiseaux sont les meilleurs medecins de la planète
    je lance un appel à l’ONU de bien veuillez à organiser une année complète de vivre bio et de demander aux nations de fermer toutes les usines qui produit du toxique à toute ètre vivant car le nucléaire et autres ce n’est pas la belle vie quand on voit nos vrai médecins les oiseaux disparait à jamais à ce moment la on dit que ni l’or ni l’argent qui va rendre la joie ornithologique et nos enfants à la vie verte.

Sénégal : un grand parc ornithologique fermé au public après la mort de 750 pélicans

Lire l'article