Repeindre les toits en blanc ne refroidira pas la planète

Guardian le 27 octobre. Le fait que les villes soient plus chaudes que d’autres territoires est bien connu des scientifiques. Les zones urbaines recouvrent moins de 0,2% de la superficie terrestre. En calculant l’albédo, c’est-à-dire la réflectivité des rayons solaires, des différents types de terrains sur Terre, ils ont découvert que les villes participaient à hauteur de 2 à 4% au réchauffement alors que les gaz à effet de serre le sont à 79% et les particules sombres à 18%. Or, si les toits du monde entier sont repeint en blanc, cela augmentera la réflexion des rayons solaires qui seraient alors par des particules sombres, comme le carbone sombre, ce qui augmenterait le réchauffement. « Refroidir sa maison aux dépens du réchauffement n’est pas une très bonne idée. Il existe des méthodes plus efficaces pour réduire le réchauffement climatique », explique Jacobson, un des chercheurs qui a conduit l’étude. Toutefois, cet étude ne prend pas en compte le fait que peindre en blanc les toits puisse influer sur la consommation d’énergie, notamment celle employée pour climatiser les bâtiments

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • chria

    on se trompe de cible ?
    il me semblait que peindre les toits en blanc était censé atténuer la chaleur urbaine développée notamment pendant les canicules, et non refroidir l’atmosphère de la planète (?)

    • chria

    sous la photo
    D’ailleurs, c’est ce qui est écrit sous la photo…
    Faudrait savoir.

    • Guillaume Besset

    Global dimming
    Je rajouterais aussi l’importance de l’effet d’assombrissement global dû aux particules pour ralentir le réchauffement (voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Assombrissement_global

Le typhon Molave traverse les Philippines, 70.000 personnes évacuées

Lire l'article

Californie : violent feu de broussailles, 60.000 personnes évacuées

Lire l'article