La forêt de Tasmanie tiraillée entre l’entrée au patrimoine mondial de l’Unesco et l’exploitation minière

La forêt de Tarkin en Tasmanie est au cœur d’une controverse entre le gouvernement de la région qui vient d’accorder un permis d’exploitation minière pour de la magnétite et les écologistes qui veulent faire inscrire ce site au Patrimoine mondial de l’Unesco. En effet, le conseil australien pour le patrimoine mondial de l’Unesco a suggéré l’inscription de 500 000 hectares de cette forêt au patrimoine mondial de l’Humanité, mais le gouvernement fédéral semble tout faire pour retarder cette décision. « Avec ses projets miniers, le gouvernement tasmanien veut créer des emplois. Mais le sénateur Milnes, leader des Verts Australiens dit que les mêmes arguments avaient été avancées 30 ans auparavant lorsqu’un projet de grand barrage sur le fleuve Franklin avait été empêché par la mobilisation des écologistes, or des emplois durables ont été crées en protégeant le fleuve », lit-on dans The Independent du 27 mars. De plus, la forêt de Tarkin constitue l’un des derniers refuges pour les diables de Tasmanie.

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • arc en ciel

    soutien aux écologistes
    la mise en place d’une véritable politique de protection de
    l’environnement est génératrice de création d’emplois .
    la nature et l’environnement sont préservés contrairement à une mine
    qui va entrainer la pollution .
    il y a lieu de plus de protéger les espèces en voie de disparition.

Après des années de captivité, deux bélugas redécouvrent la liberté en Islande

Lire l'article