Le coté obscur de l’énergie nucléaire

Les incidents ou les accidents sont monnaie courante dans l’industrie nucléaire. Et au total, leur coût n’est pas négligeable.

SINGAPOUR – La crise nucléaire au Japon est un cauchemar, mais ce n’est pas une anomalie. Elle n’est en fait que le dernier d’une longue série d’accidents nucléaires comprenant des fusions du cour d’un réacteur, des explosions, des incendies et des pertes en eau de refroidissement – des accidents qui se sont produits à la fois pendant le fonctionnement normal des centrales et lors de conditions exceptionnelles liées à des sécheresses et des tremblements de terre.

La sécurité nucléaire implique qu’il n’y ait aucune ambiguïté concernant les termes utilisés. La Commission de réglementation nucléaire des Etats-Unis sépare en général les « événements » nucléaires imprévus en deux catégories, les « incidents » et les « accidents ». Les incidents sont des anomalies et des défaillances techniques se produisant lors du fonctionnement de routine d’une centrale et ne présentant ni rejets radioactifs hors site, ni dommages importants des installations. Les accidents concernent soit des rejets radioactifs importants hors site soit des dégâts majeurs des installations nucléaires.

L’échelle internationale des événements nucléaires (INES, de l’anglais International Nuclear Event Scale) compte elle huit niveaux numérotés de 0 à 7 pour établir la gravité des événements radiologiques et nucléaires : les niveaux de 1 à 3 sont des incidents, et les niveaux de 4 à 7 sont des accidents. Le niveau 7, un « accident majeur » comprend un « rejet majeur d’éléments radioactifs ayant des effets étendus sur la santé et l’environnement et susceptible d’exiger l’application intégrale des contre-mesures prévues ».

Selon cette classification, le nombre d’accidents nucléaires, même en incluant les fusions du cour des réacteurs de Fukushima Dai-Ichi et Fukushima Daini, est faible. Mais si l’on redéfinit un accident pour comprendre les incidents ayant entraîné des pertes en vies humaines ou des dommages matériels dépassant 50.000 dollars, le tableau est tout autre.

Entre 1952 et 2009, au moins 99 incidents nucléaires correspondant à cette définition ont eu lieu, pour plus de 20,5 milliards de dollars de dommages – soit plus d’un incident et 330 millions de dollars par an, en moyenne, sur trois décennies. Cette moyenne ne comprend bien évidemment pas la catastrophe de Fukushima.

En fait, comparé à d’autres sources d’approvisionnement énergétique, l’énergie nucléaire est plus coûteuse que les centrales utilisant le pétrole, le charbon et le gaz naturel en termes de victimes, juste après les barrages hydroélectriques. Depuis la catastrophe de Tchernobyl en 1986, 57 accidents nucléaires ont eu lieu. Bien qu’ils n’aient occasionné que peu de morts, les accidents ayant entraîné mort d’homme ont collectivement tué plus de personnes que les crashs aériens aux Etats-Unis depuis 1982.

Un autre décompte des événements nucléaires – comprenant cette fois les coûts autres que les morts et les dégâts matériels, tels les travailleurs irradiés et les dysfonctionnements n’ayant pas entraîné un arrêt de la centrale ou des fuites – répertorie 956 incidents entre 1942 et 2007. Selon un autre calcul, plus de 30.000 incidents, dont plusieurs pouvaient potentiellement déboucher sur la fusion du cour d’un réacteur, se sont produits entre l’accident de Three Mile Island en 1979 en Pennsylvanie et 2009.

Les problèmes ne se limitent pas aux seuls réacteurs. Des accidents à l’usine de retraitement de Savannah River ont relâché dix fois plus d’iode radioactif que l’accident de Three Mile Island. Une quantité inconnue de plutonium a été disséminée dans l’atmosphère à la suite d’un incendie qui a ravagé le site de production de plutonium de Gulf United dans l’État de New York, site qui fut définitivement fermé à la suite de l’accident.

Lors d’un accident survenu en 1957 au complexe nucléaire de Maïak dans le sud de l’Oural en Russie, des cuves contenant des sels de nitrate et d’acétate ont explosé, répandant d’énormes quantités d’éléments radioactifs sur 20.000 km2 et entraînant l’évacuation de 272.000 personnes. En septembre 1994, à la centrale de recherche Serpong en Indonésie, une fuite de méthane provenant d’une cuve de stockage a provoqué une explosion lorsqu’un travailleur a allumé une cigarette.

Des accidents se sont également produits lorsque les réacteurs étaient à l’arrêt pour le changement de combustible et lors du déchargement de combustible irradié dans un site d’entreposage. En 1999, les opérateurs déchargeant du combustible utilisé dans un entreposage à sec ont découvert que la gaine de protection zinc-carbone avait commencé à produire de l’hydrogène, donnant lieu à une petite explosion.

Les accidents sur site, que ce soit au niveau des centrales ou des sites de stockage, ne sont malheureusement pas les seules sources d’inquiétude. La panne généralisée du réseau électrique nord-américain en août 2003 a révélé que plus d’une douzaine de centrales nucléaires des Etats-Unis et du Canada avaient des générateurs diesel d’urgence qui n’étaient pas correctement entretenus. Durant la panne en Ontario, les centrales qui devaient normalement être automatiquement découplées du réseau tout en restant en activité se sont mises à l’arrêt. Seules deux centrales sur douze se sont comportées comme prévu.

Comme le notaient les avocats en droit de l’environnement Richard Webster et Julie LeMense en 2008, « l’industrie nucléaire … est dans la même situation que l’était l’industrie financière avant la crise » qui a déstabilisé le monde la même année. « Il y a énormément de risques qui ne sont pas correctement gérés ou réglementés ».

Cette situation est pour le moins préoccupante, compte tenu de la gravité des dommages que pourrait occasionner un unique accident sérieux. La fusion du cour d’un réacteur de 500 mégawatts, situé à quelques 50 kilomètres d’une grande ville entraînerait la mort immédiate de 45.000 personnes environ, et près de 70.000 blessés et 17 milliards de dollars de dommages matériels.

Un attentat contre la centrale nucléaire d’Indian Point, proche de la ville de New York, apparemment prévu dans les plans initiaux d’Al Qaïda pour le 11 septembre 2001, ou un accident majeur dans cette centrale, se traduirait par 43.700 décès immédiats et 518.000 victimes de cancer dans les années qui suivent, et des coûts de nettoyage s’élevant 2000 milliards de dollars.

Pour mettre en contexte un accident majeur, selon les données compilées dans mon ouvrage à paraître Contesting the Future of Nuclear Power (Remettre en cause l’avenir de l’énergie nucléaire), si 10 millions de personnes étaient exposées à la radioactivité émanant d’une fusion complète du cour d’un réacteur (avec une désintégration totale de l’enceinte de confinement, exposant le réacteur à l’atmosphère), près de 100.000 personnes mourraient des suites de l’irradiation en six semaines. Près de 50.000 personnes éprouveraient des difficultés respiratoires aigues et 240.000 souffriraient d’une hypothyroïdie aigue. Près de 350.00 hommes seraient temporairement stériles, 100.000 femmes verraient leurs règles cesser et 100.000 enfants naîtraient avec des déficiences cognitives. On dénombrerait en outre des milliers d’avortements spontanés et plus de 300.000 cancers ultérieurs.

Les avocats de l’énergie nucléaire ont gagné du terrain au plan politique ces dernières années, la présentant comme une alternative sûre, propre et fiable aux combustibles fossiles. Mais les données historiques dépeignent une tout autre réalité. La tragédie en cours au Japon sera peut-être enfin suffisante pour empêcher cette renaissance nucléaire de se concrétiser.

Copyright: Project Syndicate, 2011.

www.project-syndicate.org

Traduit de l’anglais par Julia Gallin

6 commentaires

Ecrire un commentaire

    • renouveau

    le cout du nucléaire
    le cout des incidents et accidents , l’entretien , le contrôle de la sécurité augmentent la facture de l’électricité d’origine nucléaire.
    la facture est trop chère .
    en conséquence , il faut privilégier les énergies renouvelables en
    opérant les économies d’énergie et stopper les gaspillages .

    • Rick Maltese

    Re: Numerous false claims
    How did the author collect this information? False claims too numerous to waste time on. Your GoodPlanet will not be a good Planet for long if you support giving false information. The exact opposite is true. Nuclear Energy has caused far less casualties than any other energy source.

    • Rod Adams

    Non fatal accidents
    Nuclear technology is so safe that the worriers have to resort to torturing the English language. In all other energy production enterprises, events are not classified as accidents unless they result in substantial injury or loss of life. Releasing toxic materials to the environment is not an accident – it is a designed part of all fossil fuel systems called either a smokestack or an exhaust pipe. Dilution is their answer to pollution.

    The number of accidents resulting in a fatal release of radiation from commercial nuclear power plants in more than 50 years can be counted on a single finger – there were approximately 28 people killed at Chernobyl as a result of radiation exposure within a few months of the accident and about 19 more in the 25 years since that event. NO other incident at a nuclear power plant has caused anyone to get hurt or die from radiation exposure.

    Compare that to just the past couple of years of fossil fuel operations. The WWF should rethink its alliance with the natural gas industry – also known as the multinational oil and gas industry.

    • Brian Stanfield

    Deaths from a nuclear meltdown
    Your postulated deaths from a nuclear meltdown at on plant is ridiculous. I could make up similar numbers by saying that if every street light in New York turned green at the same time the death tole would be 500,000 people and would result in $40B in damages. Just like there is no way all of the street lights will all tur green at the same time, there is no way for a building with a steel liner and 3 to 4 feet of concrete to « completely » open to the atmosphere and the « entire » core to melt down and turn airborne. Based on your logic, over 250 people could drown in a couple gallons of water, as it only takes about 2 tablespoons of water to drown someone, so we should stay completely away from liquid of any kind.

    • Brian Mays

    Sigh
    Those who can’t do, teach. And those who can’t teach, make up numbers and other BS to post on the Internet.

    And here we have another example of the this fact of life.

    Did Sovacool bother even to come up with a methodology for this nonsense, or was it all done with a random number generator?

    • Kit P

    Safety record
    Okay, let us compare the US nuclear power industry to the US airline industry. No one has been hurt by radiation from commercial power plants in the US. Air crew get more radiation than most nuclear workers.

    Safety is about not hurting people. That is the bottom line. Many people are hurt and a few are killed falling down stairs. In the nuclear industry, we train people to use the handrail. If you have an ‘accident’ like tripping, using the handrail will mitigate the ‘accident’ so you will not be hurt.

    Sorry for the simple example but somethings you have to talk down to people with too much education.

    So how did they do in Japan mitigating the effects of the tsunami? As a matter of public policy, they failed. About twenty thousand died, yet just about no one but me wants to know why.

    For the record, the Japanese nuclear industry hurt no one with radiation. There were two avoidable death from drowning.

Antarctique : dans les coulisses d’une mission scientifique qui suit les manchots Adélie

Lire l'article

Le mot de la rédaction : suite à la publication sur GoodPlanet Mag’ de la tribune L’agriculture locale et bio est-elle vraiment meilleure pour l’environnement ?

Lire l'article