Le développement de débouchés pour les prises accessoires inquiète les scientifiques

Le déclin des stocks de crevettes en Asie incite les pêcheurs à garder et à revendre leurs prises annexes, alors qu’auparavant elles étaient rejetées à la mer. Le développement de cette pratique inquiète les scientifiques qui ont publié un avertissement dans la revue Conservation Letters, rapporte The Ecologist le 10 août. En effet, parce que les crevettes ne rapportent plus suffisamment et qu’ils sont obligés de rester plus longtemps en mer, les pécheurs revendent leurs prises annexes, des poissons à faible valeur, pour qu’ils servent à produire de l’alimentation pour l’aquaculture et aussi les élevages de volailles. La capture d’un kilogramme de crevettes s’accompagne en moyenne de la prise de 10 autres kg de produits de la mer. « En apparence, l’utilisation des prises annexes est une bonne chose, mais en réalité on devrait mettre en place une pêche plus sélective, affirme Willie McKenzie chargé des campagnes Océans pour Greenpeace. En quelques décennies, des produits comme la crevette et le saumon sont passés du statut d’aliments de luxe à bon marché. Ce faible coût a conduit à donner une valeur économique aux prises annexes. »

Ecrire un commentaire

Satay végétarien: un laboratoire expérimente des plats asiatiques sans viande

Lire l'article

Le Marché de Rungis va s'étendre au nord de Paris avec nouvelles plateformes et volet agricole

Lire l'article