Le débat est relancé sur les conséquences de Tchernobyl

Une nouvelle étude scientifique affirme que la catastrophe de Tchernobyl n’a pas favorisé la renaissance de la biodiversité sur les lieux, rapporte le Journal de l’Environnement. Jusqu’alors, la zone de la catastrophe était présentée comme un « paradis perdu pour les animaux » du fait de l’absence de l’homme. Anders Pape Moller, de l’Université Pierre et Marie Curie, dément ces affirmations. Selon lui, la catastrophe a aussi affecté les animaux : « à Tchernobyl, les populations d’oiseaux sont en général inférieur de moitié » à celles des zones normales, et celles des insectes, réduites de 89%. Le débat sur le bilan environnemental de Tchernobyl ne fait donc que commencer.

Ecrire un commentaire

L’entomologiste Henri-Pierre Aberlenc : « on peut tout ignorer des insectes, mais c'est se priver d'une composante fabuleuse du réel »

Lire l'article