Effondrements

Tôt ou tard, les sociétés disparaissent et sont remplacées par d’autres. Que peut-on apprendre de celles qui nous ont précédés, à un moment de crise comme on le vit aujourd’hui ?

Un exemple bien étudié est celui de l’île de Pâques, dans l’Océan Pacifique. La civilisation florissante de ses habitants vers l’an 1500 a disparu brusquement et sa population aurait été divisée par 5 en un siècle. La raison, selon Jared Diamond, un expert américain, est à chercher principalement dans le fait que les Pascuans auraient coupé tous les arbres de leur île. Sans arbres, ils n’ont plus pu construire de bateaux pour pêcher et surtout leurs terres se sont érodées. Au fur et à mesure que la crise s’aggravait, les Pascuans se seraient lancés dans des guerres intestines et dans une surenchère religieuse, élevant des statues toujours plus grandes, mais ce faisant, coupant toujours plus d’arbres pour pouvoir déplacer les monolithes dans une fuite en avant délétère.

Jared Diamond, a étudié d’autres civilisations qui se sont effondrées pour des raisons plus ou moins liée à l’environnement : les Mayas et les Babyloniens qui ont épuisé leurs sols, les Vikings groenlandais qui n’ont pas su s’adapter au refroidissement, etc. Toutes ces sociétés ne se sont pas écroulées uniquement sous l’effet d’une crise écologique. Mais celle-ci a fragilisé les bases économiques et sociales des régimes et entretenu des cercles vicieux fatals. Un schéma qui pourrait être valable pour notre monde actuel.

A chaque fois, et en tout cas du point de vue de l’historien, la logique de l’effondrement semble se mettre assez clairement en place. Mais pour des raisons politiques, religieuses ou sociales, la société est incapable de réagir et de prendre les mesures qui lui auraient permis de perdurer. Que s’est dit le Pascuans qui a coupé le dernier arbre ? Un autre grand expert de l’histoire des civilisations, le britannique Arnold Toynbee a écrit que « les civilisations disparaissent par suicide et non par meurtre ». C’est-à-dire par l’incapacité à surmonter leurs crises internes.

Aujourd’hui, le constat de la crise écologique est relativement unanime. Le problème est de mettre la société sur une autre route, de trouver les leviers pour déplacer les obstacles. Il est trop tard pour se cacher le regard. Il est aussi trop tard pour être pessimiste.

En savoir plus : Effondrement : Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie, Jared Diamond, Editions du Seuil

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Marie-France Devémy

    Un exemple bien actuel: l’île de Nauru
    Voilà un petit paradis océanique qui illustre parfaitement le type d’effondrement « moderne » que nous pourrions connaître… Pour avoir exploité durant une trentaine d’années leur seule richesse nationale qu’était le phosphate avec à la clé une manne colossale de profits dépensés à tort et à travers,l’île se retrouve maintenant totalement exsangue. Ses habitants ayant adopté à l’époque faste un mode vie à l’occidentale sans souci du gaspillage,connaissent à présent un niveau de chômage énorme, de très graves problèmes de santé (moyenne d’âge des habitants: 54 ans!)et une dépendance totale pour les biens de première nécessité.L’île de Pâques nous montre le résultat final de l’effondrement ; il est à craindre que Nauru offre le même spectacle désolant dans un avenir plus ou moins proche.

    • Frédéric

    Très bon article
    Sujet primordial pour la prise de conscience. A la différence des pascuans, des mayas ou des sumériens, leurs agissements n’a impacté qu’une région mais durablement puisque l’on en voit toujours les effets sur l’île de pâques. Aujourd’hui notre civilisation est mondialisée, il sera difficile de se relever d’un tel cataclysme.

    Un autre peuple victime de son appétit démesuré fut l’empire romain qui s’est effondré sur lui même après avoir dominé notre histoire. Des millions d’individus vont visiter ses vestiges et personne n’est capable de faire le parallèle avec notre mode de vie… rendez-vous dans 2000 ans pour admirer les ruines de Wall Street ou les fossiles de 4×4.

    L’espoir est de mise tout de même. La nature saura reprendre sa marche en avant après nos bêtises. Suite à la chute des mayas, qui avaient dévasté leur forêt. Celle-ci depuis s’est reformée ! Mais cela ne doit pas nous empêcher de changer nos comportements pour autant.

    Pour ceux intéressés par le sujet, je vous conseille également le livre de Ronald Wright « La fin du progrès? ».

    • Frédéric

    L’info en plus
    Sujet primordial pour la prise de conscience. A la différence des pascuans, des mayas ou des sumériens, leurs agissements n’a impacté qu’une région mais durablement puisque l’on en voit toujours les effets sur l’île de pâques. Aujourd’hui notre civilisation est mondialisée, il sera difficile de se relever d’un tel cataclysme.

    Un autre peuple victime de son appétit démesuré fut l’empire romain qui s’est effondré sur lui même après avoir dominé notre histoire. Des millions d’individus vont visiter ses vestiges et personne n’est capable de faire le parallèle avec notre mode de vie… rendez-vous dans 2000 ans pour admirer les ruines de Wall Street ou les fossiles de 4×4.

    L’espoir est de mise tout de même. La nature saura reprendre sa marche en avant après nos bêtises. Suite à la chute des mayas, qui avaient dévasté leur forêt. Celle-ci depuis s’est reformée ! Mais cela ne doit pas nous empêcher de changer nos comportements pour autant.

    Pour ceux intéressés par le sujet, je vous conseille également le livre de Ronald Wright « La fin du progrès? ».

Inde : grâce aux évacuations, le cyclone n'a fait aucune victime selon les autorités

Lire l'article