Régénération naturelle d’un récif corallien dans la grande barrière de corail

Endommagés en 2006 à cause des températures aquatiques trop élevées et la présence d’une algue brune tropicale (Lobophora variegata), les récifs coralliens des îles Keppel se sont régénérés en une année, selon un article de la revue PLoS. Ce récif corallien, qui fait partie de la grande barrière de corail australienne, a pu se reconstruire grâce à la présence d’une espèce de corail à reproduction asexuée (Acropora), rapporte The Guardian du 22 avril. Il est très rare de voir un récif corallien se reformer rapidement. Dans ce cas, la résilience, c’est-à-dire la capacité de récupération, dépend beaucoup de la présence d’un corail asexué à croissance rapide: l’Acropora. « Trois facteurs ont joué dans la régénération du récif. La capacité exceptionnelle des coraux à se reformer à partir des fragments survivants. La diminution inhabituelle de la quantité d’algues brunes pour cette saison et la présence d’une espèce de corail qui a supplanté celles-ci », explique le professeur Guillermo Diaz-Pulido

Ecrire un commentaire

En Californie, un séquoia se consume encore après un feu de forêt de l'été 2020

Lire l'article