Quelles conséquences possibles pour le climat et la justice à la décision du tribunal administratif attendu d’ici la fin de l’année dans l’Affaire du Siècle

Le Tribunal administratif de Paris devrait rendre sa décision concernant l’Affaire du Siècle avant la fin de l’année 2020. Cette action en justice avait été initiée par quatre organisations qui avaient assigné l’État français en justice pour inaction face au dérèglement climatique.

Laura Monnier, juriste chez Greenpeace, explique en vidéo sur la chaîne de l’Affaire du Siècle les conséquences que cette décision aura, qu’elle soit positive ou négative. Si le collectif gagne, la décision engagera en effet un tournant en termes de justice climatique et de responsabilité de l’État et son obligation d’agir. En revanche, Laura Monnier s’inquiète de la portée d’une potentielle défaite, qui signifierait que les engagements de l’État n’ont pas de valeur juridique.

À lire également : Climat : une banderole Greenpeace à Notre-Dame pour interpeller le gouvernement

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Balendard

    Le Tribunal administratif de Paris va devoir rendre un jugement à la fin de l’année 2020. Il s’agit d’une affaire moralement très grave dans la mesure où l’État français a été assigné en justice par quatre organisations d’intérêt général pour inaction face au changement climatique.. L’objectif attendu de ce jugement est la protection d’homo sapiens face aux risques induits par le changement climatique..
    A l’heure ou des organismes scientifiques comme le GIEC ont clairement établi la dangerosité de ces risques, il semble incroyable que ce doit la justice qui soit ainsi mise au pied du mur et doive se prononcer sur l’obligation que va avoir l’État français de passer aux actes. Il faut se rappeler à ce sujet que lorsque la majorité des nations dans le monde se sont réunis à Paris fin 2015 lors de la COP21 elles se sont entendues sur la nécessité de limiter le réchauffement planétaire. Ceci en se fixant une période de réflexion de 5 ans avant de passer à l’action. Nous allons maintenant vers 2021 et les 5 ans sont derrière nous. Il est donc normal Homo sapiens s’inquiète de son avenir à ce sujet et de la forme d’action qui va le sortir du pétrin. Quoi qu’il advienne le lutin thermique que je suis a du mal à croire que la justice, qui se trompe parfois, devienne l’exécutif. Ceci d’autant qu’il est probablement plus facile de faire des lois que de les respecter.
    Vu la consommation de charbon dans le monde et les réserves existantes ce n’est certainement pas la France à elle seule qui peut solutionner le problème du réchauffement climatique. Elle pourrait par contre se valoriser en montrant l’exemple de ce qu’il faut faire grâce à la Solar Water Economy de l’enthalpie d’abord de l’hydrogène ensuite.

    Si elle continue de ne rien faire qui soit à l’échelle du besoin ce qui va arriver est parfaitement clair. Voir

    http://www.infoenergie.eu/riv+ener/En%202080%20apr%C3%A8s%20J%C3%A9sus.htm

    • Jean-Pierre Bardinet

    Cette action contre l’Etat est stupide, pour plusieurs raisons de bon sens.
    1) Avec les pays nordiques, qui disposent de beaucoup d’hydraulique, la France a un bilan carbone particulièrement bas, grâce au nucléaire et à l’hydraulique. Alors que l’Allemagne, à cause d’un développement inconsidéré des EnR intermittentes, a un bilan carbone partilulièrement mauvais, car la gestion de l’intermittence est asurée par des centrales thermiques à flamme (gaz, charbon, lignite).
    2) Nos émissions de CO2 ne sont que de 0,9% du total des émissions anthropiques.
    3) Selon le rapport scientifique AR5 du GIEC, les émissions anthropiques ne sont que de 5% environ du total des émissions.
    Donc, 0,9% de ces 5%, c’est totalement négligeable. Evidement, ces idéologues, qui n’y connaissent rien, font n’importe quoi, et c’est eux qui devraient être traduits en justice pour bêtise aggravée.

Canada : Vancouver étouffe sous la fumée des feux aux Etats-Unis

Lire l'article