Incendies en Australie, suivez la situation

Le projet polémique d’un cimetière nucléaire à Bure

Depuis plus de vingt ans, Bure, petite commune d’une centaine d’habitants de la Meuse, est au cœur de l’un des projets nucléaires les plus ambitieux – et controversés – d’Europe. À 480 mètres de profondeur, un laboratoire de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) y développe le prototype d’un centre industriel de stockage géologique ( Cigéo ). La gestion des déchets radioactifs est une problématique majeure en France qui compte, à ce jour, 58 centrales nucléaires actives – un chiffre record en Europe. Le débat public agité sur ce projet a donné lieu, il y a deux ans, à une présence quotidienne de 80 gendarmes qui surveillent et contiennent les opposants au nucléaire. ARTE nous explique en vidéo dans ce reportage de 30 min.
Disponible jusqu’au 05/02/2020

Pour en savoir plus lisez notre reportage : A 500 mètres sous terre pour préparer l’éventuel enfouissement des déchets radioactifs dans l’est de la France.

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • André SCANGA

    Le nucléaire est, de nos jours, fort utile en divers domaines. Cependant, c’est une production dangereuse, et les déchets radioactifs le sont tout autant. Un centre industriel de stockage géologique en France comme partout dans le monde nous inquiète à juste titre. Les spécialistes, les institutions, les peuples, doivent nous instruire sur ce dossier qui concerne la majorité des pays, pas seulement la France.

    • Oskar Lafontaine

    Le centre CIGEO n’est toujours pas en construction, pour plusieurs raisons, la principale étant qu’il n’y a pas le premier euro pour lancer le chantier estimé encore il y a cinq ans à 35 milliards d’euros, même si le montant fut, sans aucune justification crédible et sérieuse, ramené depuis à 25 seulement, dans le but évident de permettre à EDF de diminuer le montant de provisions à constituer ! Ce qu’on nous présente c’est une galerie d’exploration creusée à titre de démonstration pour les visites ministérielles et journalistiques, mais au prix de la mort d’un ouvrier, tué lors du creusement par un effondrement.
    Des recherches sérieuses dans le monde, beaucoup moins en France, sont en cours pour tenter de trouver d’autres solutions, plus crédibles et moins onéreuses, que l’enfouissement symbolique à seulement 500 mètres de profondeur, c’est ridicule, il en faudrait au moins huit fois plus et recourir aux techniques des forages pétroliers. Sur cette question il est donc « urgent d’attendre ».

    • Ah bon,!

      je pensais que le projet de Bure était en début de réalisation. Si rien de sérieux n’est encore entrepris à ce sujet à Bure il serait peut-être bon de profiter d’une autre réalisation dans un pays européen qui creuse de plus en plus profond dans le granite depuis une bonne dizaine d’années.

      GoodPlanet avait d’ailleurs évoqué en liaison avec l’Andra de cette réalisation qui pourrait être utilisée pour stocker les déchets les moins encombrant qui sont aussi les plus radioactif selon l’Andra

Energie: riches en pétrole, les Emirats se mettent au nucléaire

Lire l'article

Une start-up de l'Yonne invente un moteur solaire durable sans électronique

Lire l'article