Les lacs d’Alaska laissent s’échapper des bulles de méthane

Les lacs du nord des États-Unis libèrent de plus en plus de méthane (CH4), un gaz à effet de serre. Des bulles de gaz se forment et remontent à la surface des eaux. Ce gaz, inflammable, provient de la décomposition de la matière organique, il forme des bulles sous l’eau que la glace hivernale capture. Il peut rester das des poches plusieurs milliers d’années. En Alaska, la NASA et les scientifiques étudient le phénomène. En creusant un trou dans la couche de glace, ils créent une fuite de gaz qui s’enflamme rapidement. Les climatologues craignent que la fonte du permafrost et des glaces qui emprisonnent ces gaz aggrave le réchauffement en libérant encore plus de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Oskar Lafontaine

    On va pouvoir maintenant parler de la « bombe du permafrost » qui renverra le CO² au rang plus modeste de simple « déclencheur ».; Déjà que l’on s’inquiète, et non sans raisons, des virus emprisonnés dans ce permafrost par le froid et que le réchauffement libère.

    • Jean RAYMOND

    Bonjour,

    je vois que, malheureusement, ce qui est décrit tant dans la préface de Gérard Klein que dans le livre de John Barnes, La mère des Tempêtes, est en train de se produire(parution en 2001!).

Inde : grâce aux évacuations, le cyclone n'a fait aucune victime selon les autorités

Lire l'article