En Ardèche, un projet de renouvellement d’un parc éolien fait figure d’exemple


Que faire des éoliennes vieillissantes ? Actu-Environnement évoque le sujet du « repowering » (leur mise à jour afin de les rendre plus efficaces) des parcs éoliens, dans un reportage qui nous conduit à la découverte de la ferme de Cham Longe, en Ardèche. Ce site abrite l’un des premiers projets de renouvellement de parc éolien en France. Les anciennes éoliennes déployées depuis une quinzaine d’années sont démontées et recyclées avant d’en installer de plus performantes et plus adaptées.

7 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Michel CERF

    Les éoliennes poussent comme des champignons , est-ce bien raisonnable , est-ce si écologique qu’on le prétend , j’en doute .

    • TABOURDEAU François

    Merci pour le saccage des paysages de nos campagnes profondes, merci pour les surcoûts qui plombent nos factures d’électricité, merci pour notre balance commerciale affectée par toutes ces machines construites à l’étranger…

    • Rozé

    L’intérêt des éoliennes est assez évident. Elles sont une source de production d’électricité propre. Elles peuvent être déployées à proximité des lieux de consommation diminuant ainsi les liaisons haute tension et impliquant les consommateurs. Elles sont plus belles à regarder que les lignes à très haute tension ou les installations nucléaires. Il faut également se souvenir que les moulins à vent ou à eau d’autrefois bordaient les villes y compris Paris. Le problème des éoliennes comme de tout ENR réside dans la grande variabilité de la production. On peut y remédier par le foisonnement (la France a un régime de vents très riche), le stockage à plus ou moins long terme de l’énergie sous diverses formes (pas forcément des batteries) et le couplage avec d’autres types d’ENR. Et puis il ne faut jamais oublier que nous devons faire l’effort de sobriété énergétique sans lequel toute politique énergétique est vouée à l’échec de par les nuisances qu’elle entraîne.

    • Erwan

    Est-ce si écologique que cela si au bout de 15 ans, il faille déjà les recycler ? On marche sur la tête. Réduisons d’abord notre consommation avant de polluer nos champs avec des fondations en béton pour soutenir ces éoliennes. Et les moulins à vent n’étaient pas aussi immenses et ne perturbaient pas les oiseaux et les insectes comme le font ces géantes éolioennes.

    • Françoise Bussy

    Bien sûr que la première chose à faire serait de réduire notre consommation d’énergie. On est loin d’y arriver, le développement d’internet va faire exploser notre consommation, alors oui, les éoliennes font partie de la réponse.
    Que dire des paysages saccagés par les installations nucléaires? Que dire de la pollution actuelle et future, puisqu’il faudra des milliers d’années pour que la radioactivité se réduise, que dire des terres et des océans saccagées par les déchets enfouis, que dire de la dangerosité actuelle et à venir avec le réchauffement climatique et les sécheresses qui vont être de plus en plus fréquentes et poseront le problème du refroidissement des réacteurs, enfin que dire lorsqu’on préfère se voiler la face pour bénéficier d’un confort dont on refuse de voir l’impact calamiteux parce que c’est loin de chez nous et que de toutes façons ce sont les générations futures qui en paieront le prix? Nous ne pouvons que choisir le moins pire. les marges de manœuvre ne sont pas immenses et le refus de l’éolien c’est la prime au développement du nucléaire, et alors là parlons finance! Merci pour cet exemple, le recyclage étant un des éléments, à juste titre de blocage, du dossier éolien.

    • Ch Perrier

    Qui ne voit pas à quel point l’éolien n’est pas une solution utile pour un pays dont l’électricité est déjà décarbonée à 80-90% avec le nucléaire? Sans doute ceux qui croient que ces machines sont moins chères, moins polluantes et utilisent moins de ressources que le nucléaire? L’exact contraire est vrai: pour s’en convaincre, il faut remonter aux sources techniques et ne pas se fier aux dires de trop d’associations écologiques qui se fondent sur des croyances colportées sans vérification.
    Faire de la R&D sur les ENR, en France, pour pouvoir progresser en la matière et être prêt à les exploiter plus largement lorsque tous les obstacle seront levés, dont le plus gros est le stockage: il n’existe pas de moyen de stockage du dimensionnement requis pour palier à l’intermittence du vent et du soleil! Ceux qui prétendent le contraire sont de mauvaise-foi ou très mal informés ou… partie prenant dans des acteurs qui tirent parti des subventions.

    • Michel CERF

    D’accord avec Erwan .

Dans l’atelier du navigateur Yves Parlier, on fabrique des cerfs-volants pour tracter des bateaux de plaisance, des chalutiers et bientôt des cargos

Lire l'article