Michel Dubromel, président de France Nature Environnement : « les gens ne sont pas opposés à la fiscalité écologique, ils souhaitent un accompagnement de l’État qui ne vient toujours pas »

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 3 minutes  

fiscalité verte france gilets jaunes

Michel Dubromel, le président de France Nature Environnement © France Nature Environnement 2017

Michel Dubromel préside France Nature Environnement (FNE) qui regroupe 3500 associations écologistes présentes partout en France. Il réagit dans cet entretien aux annonces du gouvernement sur le moratoire sur la fiscalité des carburants décidé mardi 4 novembre afin de répondre aux revendications du mouvement des gilets jaunes.

La FNE regroupe 3500 associations environnementales dans toute la France, que vous ont-elles remonté de la crise des gilets jaunes ?

Les associations nous remontent les problèmes économiques et sociaux auxquels les Français font face. Mais, ils souhaitent aussi une fiscalité écologique à condition qu’elle les accompagne dans la transition écologique en développant de nouveaux moyens de transports ou en améliorant l’isolation des maisons. Les gens ne sont donc pas opposés à la fiscalité écologique, ils souhaitent un accompagnement de l’État qui ne vient toujours pas.

Comment ces associations réagissent et se positionnent par rapport aux mouvements des gilets jaunes ?

Nous sommes présents dans les territoires et nos associations comprennent les problèmes sociaux que rencontrent les populations au quotidien notamment en milieu rural. Elles constatent le manque de services publics et de transports collectifs. C’est sur ces points là que nos associations et les citoyens attendent des améliorations.

Parvenez-vous à dialoguer sur la question de la fiscalité verte avec les gilets jaunes ?

Nous avons beaucoup échangé avec eux. Nous ne pouvons pas manifester avec eux puisqu’ils souhaitent la suppression de la fiscalité écologique. Pourtant, sur le plan social, nous soutenons tout à fait les problèmes qu’ils soulèvent car le gouvernement les tout simplement oublié sur l’autel de la fiscalité.

Comment réagissez-vous aux annonces du gouvernement sur le moratoire des taxes sur l’essence ?

C’est une catastrophe. Car, le problème sera le même dans 6 mois et que les mêmes personnes auront les mêmes difficultés économiques et sociales. Tous les gilets jaunes demandent des mesures d’accompagnement. D’ailleurs, les gilets jaunes ne sont pas satisfaits par les mesures proposées mardi. Comme eux, nous demandons au gouvernement de véritables mesures d’accompagnement au lieu de reporter le problème.

Quelles mesures proposez-vous pour réconcilier la préservation de l’environnement et la lutte contre la vie chère ?

Offrir à toutes les personnes en zone rurale des moyens de se déplacer en polluant moins grâce à un chèque mobilité ou avec des moyens de transport plus propres. Allons regarder du côté de l’ISF ou de la taxation du transport aérien ou maritime, cela ne coûterait pas cher. De la même manière, aider à la rénovation des maisons. La rénovation thermique représente un gisement d’économies à long terme pour les gens qui payent des loyers et des charges. Or, le gouvernement vient de réduire fortement les incitations à rénover.

N’avez-vous pas l’impression que l’urgence sociale et l’urgence climatique se retrouvent trop facilement opposées ?

Pour nous la transition écologique est la solution aux problèmes sociaux puisqu’elle permettra aux populations de s’adapter à un monde affecté par le réchauffement climatique et par la hausse du prix de l’énergie alors que le gouvernement met la tête dans le sable. L’urgence climatique se négocie actuellement à la COP24 en Pologne, cependant le gouvernement français y est curieusement absent. Pour nous, c’est très grave car cela montre qu’il n’a rien compris.

Propos recueillis par Julien Leprovost

À lire aussi sur le même sujet

La réaction de la FNE : « Moratoire sur la fiscalité des carburants : une régression grave »

Notre interview avec Olivier Razemon : « le débat sur les transports et le coût de la mobilité arrive enfin dans le grand public »

Media Query: