Les déchets des tanneries contaminent les poulets au Bangladesh

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

tanneire pollution

Un vendeur de poulets dans les rues de Dacca au Bangladesh – AFP PHOTO

Certains élevages de volailles du Bangladesh alimentent leurs poulets avec des déchets provenant des tanneries de cuir, rapporte l’IRIN. A la pollution de cette activité, qui empoisonne les travailleurs mais aussi les voisins, s’ajoute donc la contamination des poulets destinés à la consommation humaine. Selon l’agence pour l’environnement, les tanneries de Hazaribagh près de Dacca génèrent chaque jour 21600 tonnes de déchets toxiques, dont 100 tonnes, principalement de la graisse et de la peau, sont retraités afin de servir de nourriture aux poulets d’élevage de la région.  Or, les déchets des tanneries contiennent de nombreux produits toxiques, dont du chrome, de l’ammoniac, du soufre.

Des analyses ont montré la présence de chrome dans les poulets d’élevage nourris à l’aide des résidus des tanneries. « Nous avons trouvé entre 0,35 et 4,52 milligrammes de chrome par kilogramme de poulet dans des animaux  alimentés pendant 2 mois par les déchets des tanneries  », explique Abul Hossain, chimiste à l’Université de Dacca, et qui a conduit une étude sur la contamination au chrome de la viande de poulet par les tanneries. « C’est très préoccupant car  le poulet est la viande la plus consommée du pays. C’est aussi la source de protéine animale la moins chère. » Le chrome est une substance cancérigène.

Bien qu’il n’existe pas de seuil journalier de chrome, les autorités sanitaires européennes préconisent de ne pas dépasser la dose de de 0,25 milligrammes par jour pour une personne  de 60 kg.

Les fabriques d’aliments pour volailles impliquées dans cette contamination sont illégales, 6 d’entre elles ont été fermées par les autorités en mai. Mais d’autres  continuent de produire des aliments destinés aux poulets ou bien à l’aquaculture. Un directeur d’usine, Anwar Hossain,  estime qu’il en reste encore une soixantaine à Hazaribagh. Anwar Hossain pretend que ses produits sont sans dangers :  «  nous faisons bouillir les résidus avant d’en faire une pâte noire, cela empêche le chrome et d’autres substances toxiques de rester ». Pourtant, bouillir le chrome ne le détruit pas : cela le transforme en chrome hexavalent, tout aussi toxique. La présence de chrome hexavalent a été retrouvé dans un quart des poulets au Bangladesh.

Media Query: