Voyager autrement où comment réduire l’impact du tourisme mondial sur la planète !

chang-duong-372813-unsplash

 

chang-duong-372813-unsplashChang Duong © Unsplash

 

Le tourisme comptabilise environ 8% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde d’après une étude publiée le 7 mai dernier dans la revue Nature Climate Change.

« Nous prévoyons que le tourisme constituera une part croissante des émissions de gaz à effet de serre » affirment les auteurs de l’étude. 

L’empreinte carbone considérable déterminée par les chercheurs australiens, chinois et indonésien, prend en compte non seulement les émissions directement associées aux transports (avions, voitures), mais aussi celles liées aux biens et aux services consommés par les voyageurs, qu’il s’agisse de restauration, d’hôtellerie ou d’achats divers.

Face à ce constat, il convient d’interroger notre façon de voyage. Pour cela, il existe de nombreuses alternatives : privilégier les transports durables (vélos, covoiturage, train), voyager moins loin, repérer des hébergements « verts » ou encore consommer des produits locaux… les idées ne manquent pas pour diminuer son empreinte carbone en voyage.

Plus d’idées pour organiser votre voyage durablement : https://www.linfodurable.fr/conso/cinq-idees-pour-sorganiser-des-vacances-eco-responsables-3875

 

4 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Claude Renaud

    Tant que le tourisme représentera une manne pour les Etats, les villes ou même les petits villages,
    on fera tout pour inciter les gens à voyager. Dès qu’une ville comme Paris enregistre une baisse de
    fréquentation des étrangers, c’est la catastrophe. Les agences de voyages ont pour but d’envoyer
    leurs clients le plus loin possible. La télévision, Internet, les magasines, invitent au voyage sans arrêt.
    Et les Cies low cost sont là pour permettre au plus grand nombre de voyager.
    Quatre milliards de passagers par an en 2017 et les Cies aériennes espèrent le double dans les quinze
    prochaines années.
    On fait comment pour réduire nos gaz à effet de serre?
    Il semble que les catastrophes enregistrées cette année autour de la Planète et le cri d’alarme des
    scientifiques, ne suffisent pas pour émouvoir nos dirigeants.
    Et tant que les gens choisiront d’emmener leurs enfants en vacances à l’autre bout du monde, plutôt que de préserver leur avenir, rien ne changera.

  • Voyager autrement dans le cadre du tourisme international cela pourrait être l’usage d’ailes volantes gonflées à l’hélium et propulsées grâce au voltaique. Ceci avec l’aide des matériaux composites armées au carbone.

    Réduire l’impact du tourisme mondial sur la planète en ce qui concerne le réchauffement climatique cela pourrait être aussi de prélever une taxe sur le Kérosène comme pour l’essence. Ceci pour financer les infrastructures tuyauteries de la « solar water economy » de l’enthalpie. Voir

    https://www.dropbox.com/s/8qx239tfez1wdhu/Epub.pdf?dl=0

    • Balendard

    Excuse

    les choses évoluent très rapidement et il est probable que le soleil produira plutôt l’hydrogène en amont pendant la période estivale.
    Ceci avec une motorisation à l’hydrogène qui sera plutot celle consistant à utiliser directement l’hydrogène comme carburant quitte à modifier les moteurs existants.

    La solution consistant a embarquer la pile à combustible en assurant la propulsion avec des moteurs électriques utilisant l’électricité produite par la pile à combustible serait probablement moins intéressante par le fait qu’elle alourdirait la structure et qu’elle génèrerait de la chaleur Voir

    http://rivieres.info/antho/theorie_foil/theorie_du_%20foil.htm

EPR chinois: augmentation de la concentration de gaz rares dans le circuit primaire, selon EDF

Lire l'article