Les végans menacent-ils le monde (animal) ?

C’est le grand rendez-vous de l’élevage français, sa principale vitrine après le Salon de l’agriculture : le Space, salon international des productions animales, vient de s’ouvrir à Rennes. L’occasion d’interroger l’avenir d’une filière de plus en plus critiquée pour ses méthodes. Et d’y répondre : trois table-rondes sur la question du bien-être animal ont ainsi été programmées cette année.

Un contre-feu rendu nécessaire par l’impressionnante progression du véganisme. Le véganisme, nous dit le Larousse, c’est ‘’le refus de consommer tout produit issu des animaux ou de leur exploitation’’. A en juger par le contenu des linéaires des magasins d’alimentation, le projet est jugé convaincant. La diffusion de vidéos tournées dans des abattoirs n’y est pas pour rien.

Mouvement de fond ou feu de paille ? L’avenir nous dira ce qu’il réserve au véganisme. Mais faisons l’hypothèse que celui-ci sorte victorieux, autrement dit que les humains que nous sommes cessent définitivement de manger de la viande : nos amis les animaux s’en porteront-ils forcément mieux ? Ne faudra-t-il pas dire adieu aux veaux, vaches, cochons et couvées ?

A réécouter en podcast sur France Culture l’émission Du Grain à moudre par Hervé Gardette

 

6 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Cavalieri

    Adieu vaches et cochons ? Quel argument pour justifier la pire exploitation que peuvent subir des êtres sentients vie d’esclave et de souffrance pour finir avec 1 mise a mort atroce youpi quelle tristesse de ne plus vivre cette vie …..

    • Mona

    Comme tout être sur cette planète..

    Si l’on ne nous force pas à naître, nous n’aurons pas à mourir…!
    Moins nous consommerons de viande et moins les éleveurs en produiront. ..!!

  • Loin de moi l’idée de reprocher au « Larousse » d’avoir listé le mot VÉGANISME dans son dictionnaire

    Vu le fait que l’eau est un fluide qui véhicule l’énergie thermique avec une grande efficacité je fais par contre partie de ceux qui lui reproche de ne pas y avoir listé le mot AQUATERMIE. Voir
    https://www.dropbox.com/s/uhcpf89buq31bsq/RSE-eau.pdf?dl=0

    Quoiqu’il en soit je fais aussi partie de ceux qui souhaitent équilibrer leur alimentation en consommant du poisson et de la viande au moins une fois dans la semaine.

    Balendard septembre 2017

    • Lejeune Eliane

    On peut supposer que puisque l’élevage intensif cesserait, la reproduction animale également…, elle reviendrait progressivement a la normale , envisager des stérilisations de manière a réguler le nombre peut-être , la sélection naturelle , maladie et ou autre feraient en sorte que la population animale resterait stable et bien moindre , moins de gaz a effet de serre , c’est une certitude! moins de gaspillage planétaire également , cultures, eau etc…. on peut facilement imaginer la réduction radicale de toutes ces problématiques actuelles , mais surtout et ça c’est le point le plus bénéfique , plus de massacres insensés sur des êtres vivants et sentient ! Du respect et peut-être…. enfin aurons-nous le droit de parler d’humanité en ce qui nous concerne ! Respecter la vie animale devrait couler de source, ne pas les élever pour les manger également !

  • L’émission n’a fait aucune mention de raisons clés du développement du véganisme: le fait que l’élevage produit plus de gaz à effet de serre que tous les modes de transport réunis et que la consommation de protéines animales est responsable dune grande partie des maladies qui affectent le plus d’humains, tels que les problèmes cardiovasculaires, le diabète 2, certains cancers etc. L’Organisation mondiale de la Santé classe les charcuteries dans la même catégorie de carcinogènes que le tabac (et toutes les viandes rouges dans la catégorie juste au-dessous). Si le monde devenait végane, la production alimentaire s’effectuerait sur un espace si réduit qu’une grande partie des terres pourait être reboisée, ce qui permettrait de capter du CO2, de produire du biocombustible et de créer de grands espaces sauvages où la faune et la biodiversité seraient préservées.

    • pelerins

    Ce serait une belle chose que l’on arrête de faire proliférer et souffrir ces pauvres animaux voués à une cruauté sans limite, seule la mafia agro alimentaire y trouve son compte au détriment de la planète. Et cessons aussi ces élevages ignobles pour la fourrure en FRANCE, en 2017 2 élevages de visons veulent s’agrandir dans le DOUBS et Haute Saône pour les profits colossaux de LVMH cf le site de COMBACTIVE pour contrer ces projets

    Notre démographie est déjà une catastrophe et cesser notre alimentation carnée permettait une vie plus sereine pour tous.
    Les animaux naitraient naturellement pour paitre tranquillement dans les prés et certes seraient moins nombreux mais heureux.
    OUI pour un monde moins saignant et une planète plus bleue .

-69,6°C : un nouveau record de froid arctique vieux de 28 ans exhumé

Lire l'article