#Shamengo, le pionnier du mois : Eric Scotto construit des serres photovoltaïques



L’idée est toute simple et pourtant Eric est le premier à la développer à grande échelle : optimiser l’espace péri-urbain en construisant des serres agricoles avec des panneaux solaires sur le toit. Cette formule mise au point sur l’île de la Réunion part aujourd’hui à la conquête du monde. A suivre de près.

http://www.shamengo.com/fr/pionnier/191-eric-scotto

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Oskar Lafontaine

    Le concept, simple à comprendre, c’est d’utiliser les panneaux solaires pour ombrager partiellement des surfaces agricoles qui se trouvent ainsi protégées d’une luminosité trop forte, dans des zones tropicales, limitant la nature des cultures envisageables et obligeant dans tous les cas, à renforcer l’irrigation. Et en prime de l’électricité est ainsi produite. On gagne ainsi sur les deux tableaux.
    En Europe, en Italie du sud, victime, en plus de la mafia, d’un ensoleillement excessif, des dizaines de milliers d’hectares, et plus encore, ainsi recouverts partiellement de panneaux solaires, verraient leur production agricole augmenter, sans recourir à une coûteuse irrigation, qui nécessiterait elle-même de recourir au dessalement de l’eau de mer, tout en produisant des quantités significatives d’électricité et à un prix très concurrentiel, puisque tournant alors autour, car zones très ensoleillées, de 55 euros du mégawattheure, soit moins cher que le nucléaire, même amorti et deux fois moins cher que le nucléaire neuf. Et sans risques ni déchets. Notons que l’électricité ainsi produite dans cet exemple de La Réunion, est de plus stockée en accumulateurs de manière à pouvoir l’utiliser, en l’injectant sur le réseau, en fonction de la demande effective, en quantité souhaitée, et aux heures de consommation.Tout le pourtour méditerranéen pourrait, avec profit, recourir à cette technologie, le coût des accumulateurs ne cessant de baisser, pour ne plus représenter, selon les projections des spécialistes, d’ici 2020, que moins de 20 % du coût des panneaux seuls, qui eux-même d’ici 2020 auront encore connu un baisse, d’au moins 10 à 20%, de leur coût de production, rendant définitivement obsolètes les autres techniques de production d’électricité, à l’exception de l’éolien et de l’hydroélectricité.

L'été 2020, le plus sec depuis le début des mesures, selon Météo-France

Lire l'article