Projet « Ocean Cleanup » pour protéger nos écosystèmes marins


carré bleu du 8 juillet

Le projet « Ocean Cleanup » oeuvre en faveur de la protections de nos océans. Il a été testé pour la première fois le 23 juin dernier en mer du Nord. Son fondateur le néerlandais Boyan Slat a reçu le prix « Champion de la terre » décerné par le programme des Nations Unis pour l’environnement (PNUE) pour ce système innovant et engagé visant à nettoyer les écosystèmes marins des détritus rejetés en mer. Ces déchets sont piégés par un filet flottant puis stockés dans une tour afin d’être recyclés sur la terre ferme.
Une belle initiative à suivre de près !
>> En savoir plus sur : http://www.theoceancleanup.com/

4 commentaires

Ecrire un commentaire

  • Ah,enfin un jeune homme qui se passionne pour ces océans de plastics. Moi ? J’avais laissé tomber car on me répondait (état français) que ce problème était  » en dehors des eaux térritoriales « . La ministre préférant faire la pôtiche dans des dîners partout sur la planète en accompagnant son ex- président. Au moins, on ne se mouille pas. Alors qu’elle devrait protéger la faune et la flore de Notre Dame des Landes. Au lieu de celà, elle se demande comment vont s’y prendre Laurel et Hardy de Matignon et Elysée pour construire cet aéroport et bétonner à tout va. On se plaindra après des inondations inévitables.

  • Pour mémoire, mon projet consistait en l’armement de navires (même anciens) pour, au moyen de bras articulés, travaillant entre 5 et 10 noeuds qui récupèreraient les particules plastic ET les hydro-carbures suite aux (aussi) inévitables catastrophes de tankers-poubelle qui ne devraient plus naviguer. Mais quand on peut gagner encore quelques malheureux dollars ou euro…… On s’en donne à coeur-joie.

    • Claude Renaud

    Comment peut-on croire qu’on peut nettoyer les océans de leur plastique. C’est IMPOSSIBLE.
    L’appareil de Boyan Slat, qui a déjà fait parler de lui il a deux ans, est tout juste bon à nettoyer un lac.
    Je crois que les gens ne prennent pas bien la mesure des surfaces à traiter ni de la quantité de plastique à récupérer. Ce qu’on appelle « le 7ème Continent » dans l’océan Pacifique Nord, représente
    trois millions et demi de km2 et cette zone polluée n’est autre qu’une « soupe de plastique » dont la densité est très variable, les épaisseurs constatées allant de 0 à 30 mètres de profondeur.
    Ces amas de plastique se constituent dans de grands courants circulaires qu’on appelle des gyres.
    Et ces gyres sont au nombre de 5 sur la Planète et tous en eaux internationales. Donc, il faudrait nous
    dire quel Etat voudra bien héberger tous ces déchets et les traiter. Il faudrait aussi envisager une noria
    de cargos.
    Je dis, c’est impossible, parce qu’il ne s’agit pas d’une pollution accidentelle comme une marée noire,
    mais bel et bien une pollution pérenne qui n’aura pas de fin. La pollution marine est à 80% d’origine
    terrestre. Tous les grands fleuves de la planète, charrient les déchets de l’Humanité et les déversent dans les océans. Donc, les gyres sont alimentés en permanence. L’avenir professionnel du brave Boyan est assuré. Il ne faut pas oublier que la production de plastique dans le monde est 300 millions
    de tonnes/an et que les déchets qui en résulte se comptent aussi en millions de tonnes, dont une
    grosse partie arrive à la mer. Je crois surtout que Boyan Slat a trouvé là un moyen de se faire de l’argent. Il compte sur le financement participatif. J’ai moi-même été sollicité. On monte une opération
    bidon pour une cause sensible et on exploite la crédulité des gens, en leur faisant croire qu’ils font une
    bonne action. C’est de l’escroquerie, mais ça marche.
    La seule solution, serait d’arrêter de fabriquer du plastique. Mais là encore, c’est impossible.
    Donc, nous sommes piégés et à terme les océans vont mourir…… et nous avec!!!

    • durand

    Je pense que c’est une utopie de croire que ce moyen ou d’autre arriveront à éliminer notre poubelle mondiale .
    Tant que le monde continuera à faire l’autruche rien ne sera réglé.De toute façon » qui sans soucis « .

Produits végétariens : une étude pointe leur faible teneur en protéines végétales

Lire l'article