Néo-Planète : Google a faim de burgers végétariens


ImpossibleFoods

La quête du burger parfait sans passer par la case abattoir ? C’est la nouvelle tendance des investisseurs de la Silicon Valley.

On parle beaucoup de végétarisme au point d’intéresser Google ! Quel rapport avec la firme américaine?

Google renifle les tendances qui peuvent être rémunératrices, or le marché du végétarisme explose en effet pour différentes raisons notamment parce que l’industrie de la viande est très gourmande en déforestation, eau et énergie afin de nourrir les animaux enfermés dans les stabulations. Du coup, cet été, la firme américaine a en effet créé la surprise en voulant racheter la start-up Impossible Foods spécialisée dans le hamburger sans viande.

Un burger sans viande, mais avec quoi alors ?

Il sera fabriqué à partir d’une viande artificielle et Impossible Foods nous promet « la meilleure viande et le meilleur fromage que vous n’avez encore jamais mangés ». Viande et fromage entièrement créés à partir de plantes. Le goût de la viande rouge sera répliqué grâce à la fabrication de « sang végétal », créé à partir de la molécule trouvée dans l’hémoglobine. Pas très appétissant en le disant, il parait que ça va mieux en le mangeant, mais pour goûter il va falloir attendre, la commercialisation n’aura pas lieu avant l’année prochaine !

Cela reste pourtant étonnant que ce marché intéresse Google car ça n’a vraiment rien à voir avec ses activités !

Pourtant ce n’est pas la première fois que la société américaine s’intéresse à la nourriture végétarienne. En 2013, son co-fondateur avait financé à hauteur de 250 000 euros les expériences du chercheur Mark Prost qui a mis au point la première viande synthétique. Cette fois-ci, le géant du net aurait proposé entre 200 et 300 millions de dollars à Impossible Foods qui a refusé, expliquant que la somme est insuffisante face à l’ampleur du phénomène et des gains à venir. Et elle n’a certainement pas tort ! Car ces derniers temps, les entreprises de la Silicon Valley bavent beaucoup sur la nourriture végétarienne qui attire de plus en plus les plus puissants, comme Bill Gates ou Tony Fadell, inventeur de l’i-Pod. On estime que la demande en produits carnés augmentera de 73% d’ici à 2050, or il n’y aura jamais assez de terres pour fournir une telle quantité d’animaux. Il faudra donc utiliser une viande de synthèse pour assouvir la demande, ce qui met en appétit les investisseurs ! A suivre…

Source : Néo-Planète

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • JeanPiloupi

    En effet, cela semble être l’avenir de notre alimentation.
    D’ailleurs en 2010, l’ONU a publié un rapport appelé « Priority Products And Materials » ou ils appellent à se tourner vers une alimentation végétalienne
    Régime alimentaire reconnu comme sain et très bon pour la santé par l’ADA the American Dietetic Association qui regroupe 72.000 membres professionnels en diététique et nutrition.

    L’élevage s’accapare déjà 70% des terres agricoles selon un rapport de la FAO
    Plus polluant en effet de serre que tous les types de transports réunis au monde, encore selon un rapport de la FAO (Livestock’s long shadow)
    Nous sommes actuellement dans une situation critique quant au réchauffement climatique, ainsi que concernant la faim dans le monde.
    Car oui, pour produire 1kg de viande de boeuf, il faut 12kg de céréales et 15 500 litres d’eau.
    800 millions de personnes crient famine, principalement car nous préférons engraisser les élevages des pays pauvres avec des céréales et légumes plutôt que de le consommer directement.
    La vidéo ‘4 minutes pour comprendre le vrai poids de la viande sur l’environnement » basée sur des rapports de l’ONU/FAO est d’ailleurs très bien pour se renseigner sur le sujet.

    Je pense que cela sera bénéfique pour tout le monde de passer au végétal, ainsi que pour les 65 milliards d’animaux abattus dans les abattoirs chaque année et les plusieurs milliards d’animaux marins quand un rapport récent nous alarme sur le fait que d’ici 2048 les océans seront vides à cause de la surpêche.
    Les gens n’y perdront rien, les alternatives végétales seraient si développés que l’on mangerait les mêmes choses, mêmes textures, mêmes gouts, mais sans les antibio, bactéries (tel que E.Coli), graisses saturées et cholestérol, et sans avoir un impact catastrophique sur l’environnement et la vie de milliards d’animaux qui subissent des conditions d’élevages industriels de pire en pire.

    Tout le monde y gagnerait, nous, notre santé, planète, les animaux, les pays pauvres.
    Google l’a compris. Bill Gates aussi.
    Je recommande de lire l’article « J’ai trouvé le steak parfait, et il ne contient pas de viande » sur internet à ce sujet d’ailleurs 🙂
    Cordialement.

      • Dan

      A vrai dire, 800 millions de personnes crèvent de faim mais ce n’est pas parce qu’on n’a pas assez de nourriture. on jette chaque année environ 1 milliard de tonne de nourriture consommable, presque la moitié de ce que l’on produit! je ne pense pas que la nouriture végétalienne va régler le problème de la faim dans le monde. Il y a un problème plus profond dans notre société, où on préfère jeter ce que l’on ne vend pas, au lieu de donner, et malheureusement que la nourriture soit animale ou végétale cela n’y change rien.

      Ceci dit, la viande végétale, et autre aliments synthétiques pourraient être meilleure pour la santé, et même être meilleurs que les légumes que nous mangeons actuellement. J’espère juste que les prix encourageront les gens à passer à cette nourriture.

      • C’est un enesemble de choses. Il faut évidemment limiter le gaspillage, mais ça ne résoudra absolument pas la faim dans le monde. Au lieu de jeter on produirait moins, et on mangerait les fruits et légumes un peu moins jolis mais tout aussi bon, mais en aucun cas de la nourrituer finira dans les assiettes des habitants des pays pauvres.
        Là où le végétarisme peut aider à réduire la faim dans le monde, c’est si on remplace les cultures de soja et autres dans les pays pauvres, déstinées à nourrir les animaux d’élevages des pays riches, par des cultures destinées à nourrir les populations locales..

        Aujour’dhui nous serions capable de nourrir 10 milliards d’êtres humains en culture bio, sans mettre en danger la planète. Il suffit qu’on s’y mette tous en arrétant de manger de la viande. Il ne faut pas compter sur les industriels, ni les gouvernments pour mener la danse, par contre ils seront obligés de suivre.

Une lagune vire au rose en Patagonie, polluée par des produits chimiques

Lire l'article