Incendies en Australie, suivez la situation

L’agroforesterie restaure la forêt perdue des Kichwas


Célébrés pour leur beauté, les arbres sont d’une richesse inestimable pour leurs fonctions écologiques et leurs impacts socio-économiques pour les populations. Grâce à un modèle agroforestier durable, une ONG franco-équatorienne, Ishpingo, se donne le pari de valoriser la richesse des arbres auprès des populations indigènes Kichwas dans le bassin amazonien.

 

« Les arbres sont des poèmes que la terre écrit sur le ciel »[1] écrivait Khalil Gibran, poète libanais du 20ème siècle. Une invitation à apprécier l’aspect esthétique de ces végétaux. Sources d’émerveillement et d’inspiration, les arbres sont surtout essentiels pour la survie de l’humanité par l’oxygène qu’ils produisent et le carbone qu’ils fixent.

 

Pourtant, 240 millions hectares de forêts ont disparu entre 1990 et 2015[2] à travers le monde. Entre autres, cette déforestation est principalement causée par l’impératif de trouver des surfaces cultivables qui répondent à la nécessité humaine de se nourrir.

En parallèle des actions menées pour protéger et conserver des espaces forestiers aux quatre coins du globe, les systèmes agricoles en monoculture sont repensés afin d’y introduire des arbres. L’agroforesterie est ainsi un modèle agricole qui valorise les richesses écologiques et socio-économiques que peuvent apporter les arbres.

 

L’importance écologique d’un arbre

 

L’arbre apporte de nombreux avantages écologiques. Avant toute chose, les arbres jouent un rôle de purificateur de l’air en absorbant du CO2, gaz à effet de serre le plus répandu dans l’atmosphère.

Moins connu du grand public pour ce rôle, les arbres luttent également contre l’érosion et contribuent à une meilleure fertilité des sols. Le développement des racines permet de stabiliser les sols tandis que les feuilles et le bois mort apportent de la matière organique nécessaire au développement d’un sol fertile.

De même, le ruissellement des eaux est freiné par la présence des arbres et l’eau s’infiltre mieux grâce aux chemins tracés par leurs racines. Ils jouent aussi le rôle de filtre et améliorent la qualité des eaux. Les arbres participent également à la régulation des températures et protège contre les intempéries, créant localement des microclimats sous leurs ramages.

Enfin, les arbres sont essentiels à la biodiversité. Ils sont l’habitat de nombreuses espèces végétales et animales, parfois endémiques. La disparition d’une seule espèce végétale ou animale peut entraîner à elle seule l’extinction de plusieurs autres espèces.

 

Au vu de ces fonctions écologiques, il est aisé de comprendre que l’arbre est essentiel à protéger et/ou à réintroduire dans des espaces où il est absent. C’est le cœur du projet développé par l’association Ishpingo, une ONG franco-équatorienne, soutenue par la Fondation GoodPlanet en Amazonie équatorienne : valoriser l’arbre pour ses richesses écologiques mais également socio-économiques.

 

L’arbre au cœur de l’amélioration des conditions de vie des populations

 

Face à une combinaison de pressions et de contraintes, les populations indigènes Kichwas ont délaissé leur système agroforestier traditionnel pour aller vers de la monoculture ou des associations de cultures à cycle court. Ce changement de cultures a provoqué la surexploitation des ressources naturelles de la forêt menant alors à la déforestation, à l’appauvrissement et à l’érosion des sols et à une diminution de la biodiversité. Les conditions de vie des Kichwas se détériorent progressivement et leur sécurité alimentaire est fragilisée.

 

Ishpingo propose à ces populations de reboiser des zones dégradées au moyen d’un modèle d’agroforesterie durable qui conjugue les impératifs environnementaux aux impératifs socio-économiques des Kichwas. L’objectif est de reconstituer un environnement proche de la forêt primaire avec des plants qui ont un intérêt économique ou d’autosuffisance (fruits, bois, usage médicinal…) pour ces populations.

 

Les arbres permettent ainsi d’améliorer les conditions de vie des communautés Kichwas en générant des apports nutritionnels (autoconsommation) et de nouvelles sources de revenus. Sur une parcelle donnée, un agriculteur peut par exemple cultiver des cultures de subsistance tels que le manioc et le maïs en association avec des arbres fruitiers (production à court terme), bordées d’arbres pour une exploitation du bois à plus long terme.

 

Les parcelles agroforestières fournissent des ressources financières (vente de fruits), des ressources en bois de construction et améliorent la fertilité de leurs sols, ce qui réduit  d’autant la pression sur les forêts primaires, notamment dans les parcs naturels environnants (coupe de bois illégale, défrichage sauvage), et préserve ainsi la biodiversité du bassin amazonien tout en maintenant les mécanismes environnementaux de la forêt amazonienne.

[1] Gibran Khalil. Le Sable et l’Ecume. Paris : Albin Michel, 1990.

[2] WWF, Déforestation et dégradation forestière, enjeu majeur pour la forêt. Consulté sur : https://www.wwf.fr/champs-daction/foret/approvisionnement-responsable/deforestation

 

Ecrire un commentaire