La spiruline, le ‘super aliment’ décrypté


La spiruline, de son nom scientifique Arthrospira Platensis, est une cyanobactérie (microalgue) filamenteuse de couleur bleue verte. Elle est considérée comme un ‘super aliment’ de par sa composition :

  • Haute teneur en protéines (jusqu’à 70%) avec 8 acides aminés essentiels ;
  • Riche en vitamines, particulièrement en vitamines B (B1, B2 et B12) et en provitamine A ou bêta-carotène ;
  • Riche en acides gras et nutriments ;
  • Riche en minéraux, en fer, mais aussi en calcium, magnésium et zinc ;
  • Pigments, dont la phycocyanine qui stimule l’immunité.

Aujourd’hui, la spiruline croît de manière naturelle en Afrique, en Asie, en Inde et au Mexique ; déjà, à l’époque précolombienne, les Mayas et les Aztèques utilisaient la spiruline dans leur alimentation courante.

Dans les pays industrialisés occidentaux, la microalgue est cultivée de manière artificielle grâce aux bassins et aux fermes aquacoles, depuis les années 60. En France, en 2017, la Fédération des Spiruliniers de France comptait 161 adhérents, dont la production totale a représenté 10 % de la consommation de spiruline en France. Une filière paysanne française en plein développement !

Considérée comme le champion des aliments de santé, d’immunité et de vitalité, la spiruline doit toutefois être consommée en respectant la posologie : en effet, une surconsommation de la spiruline peut provoquer des effets secondaires, tels que les troubles digestifs ou encore des maux de tête.

En 2016, 815 millions de personnes souffraient encore de faim dans le monde (FAO). De nombreuses ONGs et associations humanitaires utilisent la spiruline, plus riche en protéines que la viande ou le poisson, pour combattre la malnutrition dans divers pays en développement. C’est notamment le cas de la Fondation Antenna qui apporte son soutien technique et financier à des programmes de production locale et durable, et de diffusion de la spiruline, depuis près de 20 ans.

La microalgue permet ainsi d’améliorer durablement l’état nutritionnel des enfants grâce à sa composition exceptionnelle. On peut également rajouter que la production de la spiruline est peu coûteuse en énergie, et permet d’obtenir de gros rendements rapidement. De plus, la culture de la spiruline ne demandant que 2% des besoins en eau nécessaires à l’élevage d’un bœuf pour produire la même quantité de protéines, le ‘super aliment’ pourrait nous permettre de répondre à la crise alimentaire mondiale.

 

3 commentaires

Ecrire un commentaire

  • Pour l’anecdote, l’image d’illustration est celle d’un toit d’immeuble en Thaïlande (Bangkok), sur lequel est cultivé de la spiruline. Il s’agit là d’une façon assez particulière de la cultiver.
    Habituellement la spiruline est produite en bassin dans des régions rurales.

    • Ounet

    Surprenant cette promotion de Natura Force par GoodPlanet. J’aurais préféré la promotion des Spiruliniers de France comme cité dans l’article, afin de proposer l’achat d’un produit local et artisanal.

    • Lemonnier

    Depuis plus de 20 ans, nous aidons, par une petite ONG (Nutritio Santé Bangui) les enfants mal
    nutritits grâce à l’intervention du Dr DUPIRE Jean de Nantes et le Président Jacques DELPECH.
    Malgré le peu de financement, nous nous maintenons dans ce domaine.La Spiruline est produite
    a la COPAC. Avec un spécialiste en la matière.

Dorothée Moisan, auteure des Plastiqueurs, enquête sur les industriels qui nous empoissonnent : « Je dénonce le discours de l’industrie du plastique qui affirme que le recyclage fonctionne »

Lire l'article

Des start-up de véhicules électriques célébrées à Wall Street face à une route semée d'embûches

Lire l'article