La Fondation GoodPlanet et Gérard Bertrand soutiennent un projet d’agroforesterie en Languedoc Roussillon


Vignes et Pins sur la commune de La Livinière, Languedoc-Roussillon, France © Deschamps
Vignes et Pins sur la commune de La Livinière, Languedoc-Roussillon, France © Deschamps
Vignes et Pins sur la commune de La Livinière, Languedoc-Roussillon, France © Deschamps

Gérard Bertrand, vigneron référent du Languedoc-Roussillon, cultivant ses vignes en biodynamie et engagé en faveur d’une viticulture durable et de la biodiversité, s’engage auprès de la Fondation GoodPlanet pour soutenir un projet d’agriculture durable du programme Action Carbone Solidaire en Languedoc-Roussillon. Ce partenariat est né de la rencontre de deux hommes, Yann Arthus Bertrand et Gérard Bertrand, partageant un esprit d’entreprendre autant qu’une vision commune de rassemblement au service de la planète. Il s’agit, avec l’Association Française d’Agroforesterie de travailler main dans la main avec les agriculteurs en les aidant à planter des arbres au cœur de leurs parcelles agricoles, vignes, pâturages pour en favoriser la biodiversité. Agir rend heureux !

Soutenir le projet d’agriculture durable du programme Action Carbone Solidaire de la Fondation GoodPlanet renoue ainsi avec une tradition séculaire, l’agroforesterie : planter des arbres au cœur des parcelles agricoles favorise la biodiversité, retient l’eau, lutte contre l’érosion…

Avec cette opération, la Fondation GoodPlanet et Gérard Bertrand confirment leur volonté commune de participer activement à la défense et au respect de l’environnement et de rassembler toutes les bonnes volontés autour des projets soutenus.

« Un arbre fabrique son hydrogène à partir de l’eau le jour et stocke son énergie la nuit. La nature fait les choses à des coûts énergétiques incroyablement bas. » Gilles Boeuf, Biologiste et président du Muséum national d’histoire naturelle.

Or sur les 100 dernières années, soit 3 à 4 générations d’agriculteurs, on a appris à cultiver sans les arbres car l’agriculteur en a oublié sa valeur agronomique. Le nombre d’arbres au sein des parcelles agricoles a largement régressé, divisé par 4 selon certaines études.

Aujourd’hui, les objectifs et bénéfices de l’agroforesterie sont multiples :

  • Préserver les qualités environnementales du territoire grâce à l’agroforesterie,
  • Mobiliser les acteurs sociétaux dans une démarche commune,
  • Développer de nouveaux potentiels économiques,
  • Contribuer à la lutte contre le changement climatique.

Dans ce projet en partenariat avec l’Association Française d’Agroforesterie (AFAF), Gérard Bertrand relaie auprès du grand public la portée et le sens de ce projet avec pour ambition de contribuer ensemble à la plantation de 10 000 arbres. Les premières plantations démarrent cet hiver avec les agriculteurs qui se sont portés candidats au projet. Ils bénéficient d’une aide à la plantation et d’un accompagnement technique agricole avant, pendant et après la plantation.

Découvrez tous les projets.

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Moâ

    Encore une très belle et bonne initiative. Il était temps. On a en effet l’impression que les arbres ne sont bons qu’à être abattus : dangereux car ils risquent de tomber, gênants (pour les piscines) car ils perdent leurs feuilles, ou parce-qu’ils « bouchent » la vue, ou font trop d’ombre et j’en passe. Cela devient totalement absurde ! Dans les écoles, par exemple, par principe de précaution, les arbres sont abattus et les enfants sont en plein soleil. Il est urgent de changer cet état d’esprit et pas seulement pour l’agriculture.

    • Francis

    Les arbres ne fabriquent pas de l’hydrogène,ils fabriquent des hydrates de carbone avec l’eau,le gaz carbonique et l’énergie solaire.L’abattage des arbres le long des routes relève de la même bêtise:il parait que ce sont les arbres qui entrent en collision avec les voitures!

  • […] au gout du jour car ses avantages sont multiples dans une démarche collaborative. Le site de GoodPlanet nous en rappelle […]

Produits végétariens : une étude pointe leur faible teneur en protéines végétales

Lire l'article