Coup de coeur : « Premiers Métros » de Julien


Julien de Premiers métros Paris © Julien
Julien de Premiers métros © Julien
Julien de Premiers métros © Julien

A quelques mois de la sortie du prochain film de Yann Arthus-Bertrand, HUMAN, la Fondation vous propose l’un de ses projets coups de cœur sur le thème du vivre ensemble.

Pendant un an, Julien B., trentenaire parisien et photographe en herbe, est parti à la rencontre des lève-tôt. L’idée de Premiers Métros lui est venue lors de l’un de ces déplacements professionnels très matinal : « Je me suis demandé où allaient toutes ces personnes et d’où elles venaient.». Il a alors l’idée d’un projet photo autour de ces voyageurs de l’aube, qui n’ont pas tout à fait le même profil que ceux qu’il rencontre en journée. Ainsi, pendant un an, deux à trois fois par semaine, Julien se lève aux aurores pour aller à leur rencontre. Il les photographie et recueille leurs confidences. Le résultat : 192 superbes portraits d’urbains matinaux, qui nous rappelle « toute l’humanité qu’il y a dans le ventre de Paris ».

Pour Julien, « Ce projet est à contre-courant de la sinistrose et du pessimisme soit disant Français. Plus qu’une bonne action, j’ai l’impression que c’est un projet citoyen pour encourager les gens à recréer du lien social à leur échelle ». Un très beau projet, 192 tranches de vie à découvrir et à partager sans modération !

« Je photographie les voyageurs des premiers métros depuis un an. Je m’étais fixé une année pour ce projet, alors aujourd’hui, j’arrête. En un an, j’ai rencontré 192 personnes. Ecouté avec plaisir 192 histoires. Qu’elles soient extraordinaires ou banales, tristes ou joyeuses, ces histoires m’ont touché.
Elles m’ont fait découvrir le quotidien de mes voisins de ville, de mes voisins de vie. Des voisins que je n’aurais pas accostés sans ce projet. Nos habitudes, nos rythmes de vie et nos idées reçues nous éloignent les uns des autres. Ma plus grande crainte quand je me suis lancé dans ce projet, c’était d’aborder les gens et d’être confronté à leur refus. Pourtant, 192 personnes ont accepté qu’un inconnu capture leur image autour de 5h30 du matin… 192 personnes se sont livrées, m’ont raconté leur vie, m’ont fait confiance.
Cette année m’a changé. J’ai vraiment pu constater que l’habit ne fait pas le moine, que j’étais, quoi que j’en pense, plein d’a priori mais que l’échange peut changer le regard. Ce projet m’a appris qu’on pouvait avoir l’air bourru tout en étant doux comme un agneau, qu’on pouvait avoir un quotidien difficile mais qu’au final on était plus heureux que tout, qu’on pouvait avoir les traits d’un étranger mais qu’en fait on était plus attaché à la France qu’un soi-disant « Français de souche »… Nos idées reçues ont la vie dure, mais elles peuvent être battues en brèche.
Avec ces 192 rencontres, j’ai pu constater que tout n’est pas perdu. Que le lien social n’est pas qu’un beau concept. Quoiqu’on en dise, on a besoin des autres. J’ai pu me rendre compte que nombre d’entre nous porte un regard bienveillant sur son voisin, son collègue, son ami. Il suffit juste d’un prétexte – pour moi la photo – pour qu’on se parle, pour qu’on se rapproche.
Oui, cette année et ces 192 histoires m’ont changé. Comment après un tel projet ne pas passer par des remerciements ? Je pense bien sûr aux personnes qui ont accepté que je les photographie au petit matin quand elles avaient encore les yeux pleins de sommeil. A ces 192 voyageurs qui m’ont ouvert la porte de leur intimité. Merci à eux. Un merci spécial à Christophe et Fabienne, qui m’ont fait monter dans leur cabine et m’ont permis de découvrir le métro comme je ne l’avais jamais vu. Merci à vous qui suivez mes rencontres. Merci pour vos encouragements et vos gentils commentaires. Et puis merci à celle qui a supporté mes réveils matinaux (qui la réveillaient aussi…) et à cette petite nouvelle arrivée qui me réveille tôt le matin, mais pas pour que je la prenne en photo.
Alors, aujourd’hui, j’arrête. Je vous l’avoue, avec un pincement au cœur. Mais c’est pour voguer vers d’autres projets. Je vous donnerai des nouvelles. J’aimerais organiser une expo qui puisse nous réunir. Vous serez les premiers invités. Et puis qui sait, peut-être qu’au détour d’une station et d’un métro matinal, je ressortirai mon appareil et partagerai avec vous mes rencontres spontanées.
Mais d’ici là, vous aussi, levez les yeux vers votre voisin-e de métro, de bus, de vie. Faites-lui un signe, un sourire, un clin d’œil. Je suis sûr qu’il ou elle a plein de choses à vous raconter. Bref, parlons-nous !
 » Julien, 33 ans –

En savoir plus : Premiers métros

4 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Anne Marie

    Réveillée de très bonne heure aujourd’hui je lis ce merveilleux témoignage. Bravo, quel bon boulot et quels yeux ouverts sur les autres…formidable de dire et redire comme l’échange change notre regard sur l’autre….bravo! Quand j’étais parisienne, il y a 20 ans, je prenais le métro tous les jours vers 8h30 à Barbès le matin et me trouvais très souvent avec une dame qui faisait le même changement que moi à Stalingrad….on était très souvent l’une à côté de l’autre, ou l’une dernière l’autre dans les couloirs…. un jour j’ai décidé de lui parler; elle revenait du travail (nettoyage de bureau) alors que moi j’y partais (m’installer dans un bureau bien propre…..) Nous sommes devenues « amies de métro »et vraiment pour moi c’était mon rv à ne pas manquer…..

  • Bravo Julien pour le très beau projet mener à bien. Heureusement la perspicacité est souvent récompensée, c’est encourageant pour tous, et j’espère qu’en plus de cet enrichissement intellectuel, votre projet vous permettra de gagner un peu d’argent, nécessaire pour continuer vers d’autres projets ! Bonne chance.

    • Hanni

    Dans le métro , sans aucune attache religieuse , j’aime prononcer une parole de bénédiction pour tous les êtres qui partagent cette rame avec moi . Il est fréquent qu’en retour je croise des regards pleins de bienveillance .

    • bekri

    ses un travail superbe qui l’a entretenu pendant 1 ans il photographie des voyageurs 192 se lever pour rencontre des gens et ces la que l’ont ce rencontre que l’ont na de l’importance grâce a des gens comme julien.. merci beaucoup pour ce moment, je dirais magique, et dans le métro ou le RER ont rencontre de tout religion ces merveilleux sans compter ces musiciens dans le métro en tout cas bonne continuation julien t’est une personne super sympa que dieux t’aide dans tes projet

Des rivières françaises polluées aux détergents, insecticides, révèlent deux études

Lire l'article