COP21/#60 Solutions : les petits barrages


Détail de la rivière Pjorsa, Islande. L’énergie hydraulique satisfait plus de 80 % des besoins en électricité de l’Islande (63°57’ N - 20°33’ O). © Yann Arthus-Bertrand Altitude / Photo
Détail de la rivière Pjorsa, Islande. L’énergie hydraulique satisfait plus de 80 % des besoins en électricité de l’Islande (63°57’ N - 20°33’ O). © Yann Arthus-Bertrand Altitude / Photo
Détail de la rivière Pjorsa, Islande. L’énergie hydraulique satisfait plus de 80 % des besoins en électricité de l’Islande (63°57’ N – 20°33’ O). © Yann Arthus-Bertrand Altitude / Photo
Dans quelques mois se tiendra, à Paris, la COP21 dont l’objectif est de trouver un accord pour enrayer le changement climatique et réduire les émissions de gaz à effet de serre. Découvrez une sélection de 60 solutions concrètes, sélectionnées par la fondation GoodPlanet, et déjà mises en œuvre pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Aujourd’hui : développer l’énergie hydraulique.

PLUSIEURS PETITS BARRAGES VALENT MIEUX QU’UN GRAND

Les barrages permettent une production électrique importante et fiable. Mais il n’est pas nécessaire de construire d’immenses installations. Des petites centrales au fil de l’eau et ne nécessitant donc pas ou peu de retenue d’eau peuvent être très efficaces, et elles sont beaucoup moins perturbantes pour les cours d’eau et les activités associées, comme la pêche.

Le petit hydraulique est particulièrement adapté aux zones rurales, comme dans le comté de Wuxi, dans la province centrale du Sichuan en Chine. Les autorités y ont construit six petites centrales hydroélectriques au fil des rivières, associées à des barrages de régulation, qui fournissent 60 MW et génèrent environ 225 millions de kWh chaque année.

Leur construction a créé plusieurs centaines d’emplois durables tout en garantissant un prix stable de l’électricité. Ces aménagements fluviaux économisent 230 000 tonnes de CO2 par an. Le potentiel hydraulique de la Chine, comme celui de l’Afrique sub-saharienne, est encore largement sous-exploité.


Pour en savoir plus :

Mini hydraulique – AFD

Hydropower – World Bank 

Curbing climate change

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • VANTILLARD Daniel

    Mesdames, Messieurs,
    J’ai mis au point et suis propriétaire d’un brevet européen d’une turbine à aubes articulées à haut rendement qui capte l’énergie cinétique des cours d’eau. Cette turbine est placée au fil de l’eau, totalement immergée et conçue pour ne pas blesser la population piscicole. Un prototype fonctionnel déposé dans un cours d’eau a donné d’excellents résultats.
    Je recherche un partenariat et des aides pour développer l’étude d’optimisation du dispositif et mettre au point un modèle industriel.
    Je suis à disposition de tout organisme, société ou personne pour donner un départ à ce produit qui est très attendu dans le contexte actuel de suppression des ouvrages sur cours d’eau et la transition énergétique.
    Ce projet est générateur d’emplois sur le territoire français et répond aux programmes de la politique énergétique.
    Je vous remercie par avance de votre contribution par votre soin d’une large diffusion.
    Bien cordialement.
    Daniel VANTILLARD
    0683574358

      • Guichard

      Bonjour M. Vantillard,
      Je suis une élève de 1èreS au lycée Louis Le Grand à Paris, et je présente avec d’autres étudiants un TPE sur l’hydroélectricité, et plus particulièrement sur la pico électricité. Seriez-vous disponible, pour répondre à certaines questions sur ce domaine, et nous présenter votre projet de turbine ?
      Vous pouvez me contacter à l’adresse suivante : josephineguichard@gmail.com
      Je vous remercie,
      Joséphine Guichard

Les canicules ont coûté entre 22 et 37 milliards d'euros depuis 2015, selon une étude

Lire l'article

Corridas et cruauté envers les animaux : la SPA à nouveau déboutée à Nîmes

Lire l'article