Climat : la température pourrait atteindre les 55°C

Le climatologue Jean Jouzel nous alerte sur le réchauffement climatique : « Pas besoin de faire de catastrophisme : la situation est catastrophique. » Le climatologue et ancien vice-président du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) Jean Jouzel estime que « pour espérer rester en deçà de 2°C de réchauffement par rapport à l’ère préindustrielle, il faudrait que le pic d’émissions de gaz à effet de serre survienne au plus tard en 2020 » et que « nous n’avons que trois ans devant nous ».

> Lire l’article dans le Journal du Dimanche

6 commentaires

Ecrire un commentaire

    • jipebe29

    Jean Jouzel a laissé sur le chemin son éthique scientifique pour donner priorité à l’idéologie du réchauffement climatique anthropique. S’il se réfère aux travaux du GIEC/IPCC, pourquoi ne dit-il pas que, dans le rapport AR5, page 471, figure 6.1, la part des émissions anthropiques n’est que de 5% environ ? Bien sûr, cette information a été mise sous le tapis par le résumé pour les décideurs, document politique et d’une nullité scientifique lamentable. Cet « oubli » de Jouzel confirme, si besoin en était, son attachement à l’idéologie du RCA et le peu de crédit que l’on peut accorder à ses propos.

    • jipebe29

    L’alarmisme outrancier de Jean Jouzel ne repose que sur la pseudo-science du GIEC/IPCC, qui est un organisme politique contrôlé par les gouvernements (IPCC= Intergovernmental Panel for Climate Change). Mais il n’y a aucune raison de paniquer : depuis près de 20 ans, la température moyenne annuelle globale est stable, malgré une inflation de nos émissions, et les projections des modèles numériques continuent à se planter lamentablement. Et puis, pendant des centaines de millions d’années, le taux de CO2 atmosphérique a été en moyenne de 2000 ppm (400 ppm actuellement), sans que cela n’engendre un réchauffement terrifiant et irréversible. Pourquoi le CO2 aurait-il à présent une action mesurable sur la température ? Parce que Jean Jouzel le prétend ?

    • jipebe29

    Les pays en développement ont besoin de centrales thermiques à charbon ou à gaz pour sortir progressivement leur population de la pauvreté, de la misère et pour éradiquer les maladies létales provenant des fumées des foyers domestiques, qui tuent de par le monde 4,3 millions de personnes par an, et ils n’y renonceront pas, comme le montrent leurs « engagements » pour 2030. C’est ce que font Chine, Inde et d’autres pays, et les résultats obtenus en Chine sont spectaculaires. Et pas question pour les PED d’utiliser les EnR intermittentes et onéreuses, qui bloqueraient leur développement (s’ils les utilisent, c’est avec parcimonie, pour se donner une belle image verte). Comme le soulignait l’AIE, qui connaît les projets en cours et les projets futurs, les émissions de CO2 vont continuer à augmenter régulièrement, pour le plus grand bien de l’humanité. Et peu importent les cris d’orfraie de la Sainte Eglise Réchauffiste et les prophéties alarmistes et surréalistes de Jean Jouzel.

    • Claude Renaud

    jipebe 29 est un extrémiste climatosceptique.
    Ça sent le baroud d’honneur.

  • Les previsions de l’Agence Internationale de l’énergie sont claires: la combustion des produits fossiles va continuer à croître régulièrement jusqu’en 2040 particulièrement le charbon suivi du gaz et du petrole.

    La chaleur développée par leur combustion ne représente semble-t-il guère plus de 5% de la chaleur nécessaire pour élever la température de l’atmosphere de quelque 10°C. Voir ci-dessous:

    en effet sauf erreur de ma part
    – la surface terrestre c’est
    510 millions de km2

    – 1 km2 est égal 1 million de m2

    – la chaleur specifique de l’air sec est de 1 kilojoule/kg et °C voir
    https://www.dropbox.com/s/1krzgbrw0yunq9c/LT-chaleur-specifique.pdf?dl=0

    -la densité de l’air sec est voisine de 1 kg le m3

    – la chaleur specifique de l’air sec est de 1 kilojoule/m3 et °C

    – l’épaisseur de l’atmosphere est voisine de
    10 km

    pour élever la température de l’air sur 10 000 m d’épaisseur de 10°C (l’épaisseur de l’atmosphere) il faut une quantité d’énergie égale à
    1 400 000 milliards de kWh

    Ceci alors que la consommation mondiale d’énergie toutes énergies confondues est de 9 milliards de tep ou 99 000 milliards de kWh (vu que 1 tep = 11 000 kWh) la plus grande partie provenant de la combustion.

    Cela revient à dire que si les prévisions du GIEC concernant cette élévation prochaine de quelque 10°C s’avèrent exactes la CHALEUR resultant de la combustion des produits fossiles ne participe qu’à concurrence de quelque 5 % à cette augmentation.

    Par contre considérant l’unanimité qui se dégage pour considérer les gaz générés par la combustion de ces produits comme une cause non négligeable du réchauffement climatique et vu que le charbon tue, que le pétrole est sale et que le gaz est dangereux je ne vois pas pourquoi l’homme se priverait de la « Solar Water Economy » pour améliorer ses conditions d’existence
    voir
    http://www.infoenergie.eu/riv+ener/source-energie/SWE.htm

    jipebe29 qui peut-être n’est autre que C.Allègre va se retrouver comme ce dernier bien seul

    • jipebe29

    @Claude Renaud,
    Vous êtes asservi au dogme du réchauffement climatique anthropique, ce qui vous empêche de faire mouliner vos neurones pour faire des réponses argumentées et sensées. Bref, vous me faites un baroud d’horreur….

Comment nous avons découvert trois nouvelles espèces de manchots dans l’océan Austral

Lire l'article

Un fabricant de voitures à hydrogène mise sur la "révolution verte" britannique

Lire l'article