A lire : « Dérèglement climatique : la population demande des comptes » sur Néoplanète

©Néoplanète

Il y a quelques mois de jeunes américains ont déposé une plainte contre leur État ; cette fois ce sont les Belges qui s’y collent, l’ampleur du mouvement est impressionnante et il s’agit encore du dérèglement climatique.

C’est sûr qu’à force de faire de grandes déclarations et de signer des accords qui ne sont pas toujours respectés, les gouvernements prêtent le flanc à ce genre de procédures. Et c’est aussi rassurant de constater que ces plaintes sont réellement suivies de poursuites. Nos belges étaient 11 au départ à se révolter en 2014 contre l’immobilisme de la Belgique en matière de lutte contre le réchauffement climatique ce qui mettaient en danger les citoyens. Ils ont mis en place une plateforme participative sur le net et ce qui est intéressant c’est l’ampleur qu’a pris leur mouvement : plus de 12 000 citoyens ont répondu à leur appel.

D’autant plus que les Belges ne sont pas les seuls Européens à demander des comptes à leur gouvernement sur ce sujet, les Néerlandais l’ont fait avant eux.

En 2015 effectivement, c’était une 1ère et le procès avait été remporté par les 900 plaignants : l’état avait été sommé par la justice de mettre en place des mesures drastiques pour réduire les gaz à effet de serre. Cela ne présage donc rien de bon pour le gouvernement belge ! Le représentant du mouvement  « l’Affaire Climat » a déclaré dans les colonnes de la Libre Belgique : « Nous demandons de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40% d’ici 2020 (…) comme cela avait été décidé en 2010 lors de la COP 16 à Cancun et de 87,5% d’ici 2050« . Une mise en cause de ces belles promesses que l’on nous fait sans l’intention de les suivre. Attention messieurs et mesdames les élus, les citoyens maintenant vous demande de tenir vos engagements, l’avenir ne va pas être tout rose !

©Néoplanète

Un commentaire

Ecrire un commentaire

  • Il est effarent de voir à quel point nos politiques, qui sont malheureusement souvent à l’image des peuples qu’ils gouvernent, n’ont pas la volonté de s’attaquer à ce problème. Résultat : Les conséquences se feront chaque jour plus désastreuses, et à force de souffrances, de misères et d’instabilité, nous trouverons , occidentaux en dernier probablement, des solutions. Ce sera alors l’instinct de préservation ( la nature!) qui nous fera réagir. Une belle preuve de la puissance du cerveau humain qui ne nous sert qu’à conjecturer, jamais à agir. L’action vient des tripes, et dans tous les cas, elle va arriver.

New Delhi s'étouffe sous un épais brouillard de pollution

Lire l'article