#60Solutions : Des ampoules économes pour renforcer le réseau électrique national

New-York la nuit, États-Unis. D’ici à 2017, les 250 000 lampadaires de la ville seront équipés d’ampoules LED (40°45’ N, 73°59’ O). © Yann Arthus-Bertrand Altitude / Photo
New-York la nuit, États-Unis. D’ici à 2017, les 250 000 lampadaires de la ville seront équipés d’ampoules LED (40°45’ N, 73°59’ O). © Yann Arthus-Bertrand Altitude / Photo

L’éclairage consomme 19 % de la production d’électricité de la planète. Or les ampoules à incandescences sont peu efficaces. Les remplacer par des ampoules fluorocompactes, qui consomment 4 à 5 fois moins, permet d’économiser beaucoup d’énergie. Et d’émettre d’autant moins de gaz à effet de serre.

Pour rendre disponibles aux foyers les plus pauvres des lampes basse consommation, plus chères que celles à incandescence, l’Inde a mis en place en 2010 le projet Bachat Lamp Yojana. Il consiste à proposer les nouvelles ampoules au prix des ampoules standard. La différence est financée grâce à la mise sur le marché de crédits carbone obtenus à travers les Mécanismes de développement propre.

Depuis avril 2010, plus de 29 millions de lampes basse consommation ont été vendues grâce au projet Bachat Lamp Yojana. Dans les pays comme l’Inde où le réseau électrique est fragile, diminuer la consommation est aussi un moyen d’éviter les pannes ou « black out ».

En savoir plus : 60 Solutions

6 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Oskar Lafontaine

    La santé ayant plus d’importance que certains gaspillages, certes regrettables, il convient au contraire de ce qui est préconisé ici de ne pas utiliser d’ampoules flocompactes, mais bien plutôt de leur préférer, sinon les incandescence, au mieux les LED, qui d’abord consomment encore moins et surtout ne sont pas émetteurs d’un champ électromagnétique aussi puissant, d’abord calamiteux pour la santé, en France il est recommandé, ce qui est encore très insuffisant, de ne pas s’en approcher de moins de trente centimètres. Par ailleurs la lumière de ces lampes, des tubes néon en fait, est un facteur d’excitation, surtout chez certains enfants, elles devraient donc, tout comme les tubes néon, être systématiquement et impérativement proscrites des écoles.et autres lieux de densité de population.

    • DRAKKAR

    Ce sont effectivement les LEDS qu’ il faut utiliser;le choix est désormais tres diversifié et ce type d’ ampoules a tous les avantages ;
    Notons en passant que le lobby nucléaire et ses filiales (EDF, CEPN, CEA, COGEMA…) ont fait ce qu’ ils ont pu pour freiner l’ émergence des ces ampoules (y compris les fluocompactes) et continuent de ne pas les encourager;

    Elles contribuaient à éviter le gaspillage de la conso électrique et n’ allaient pas dans le sens de « toujours plus « , toujours plus de centrales nucléaires par exemple …

    Guidées et dirigées par les « X-Mines » et autres prédateurs inamovibles de notre vieille société française, ils sont l’ assurance indéfectible du frein de notre société vers le monde moderne, vers un monde soucieux de l’ avenir ;
    Les ampoules ne sont que la partie émergée de l’ iceberg.

    • henry

    Vous avez raison , il faut faire des pressions sur les fabriquants

    • Klein

    Bonjour, on nous a fait changer nos ampoules par des basses consommations soit-disant + chères et qui devaient durer longtemps : j’avais équipé ma maison en me disant je fais un geste : or ces 1ères lampes et celles qui arrivent à durer (sic) contiennent du mercure ! et je devais faire des économies d’électricité : RIEN peanuts comme on dit. j’ai racheté des nouvelles générations à LED encore plus chères : je veux bien faire du bien à la planète mais que l’on arrête de nous dire d’acheter d’acheter d’acheter moi je ne vois aucun impact pour nous et il faut encore acheter maintenant des fluorocompactes : ARNAQUE RAS LE BOL…

  • Bonjour,
    Les risques sanitaires posés par les LED blanches sont le stress toxique pour la rétine, causé par la lumière bleue présente en forte proportion, et risque d’éblouissement, lié à la forte intensité en lumière. Il faut donc les utiliser en éclairage indirecte.
    De plus côté impacts environnementaux, si les LED ne contiennent pas de mercure contrairement aux LFC, certains matériaux utilisés lors de leur fabrication, comme l’indium et le galium, sont considérés comme critiques car les ressources s’épuisent.
    Une simple lampe à incandescence est peut-être plus énergivore que les autres types de lampes. Il n’empêche que tous les éléments qui la compose sont facilement recyclables, et les coûts environnementaux sont bien moindres pour sa fabrication.
    Il faut donc réfléchir au coût direct et indirect.
    L’énergie qui reste la plus propre est celle que l’on ne consomme pas.
    Salutations.

      • Catherine D

      Les ampoules à incandescence disparues des grandes surfaces sont revenues, j’ai essayé les fluo, puis les LED, pas facile de s’y retrouver…le mieux serait déjà d’éteindre une lumière sur 2 dans les grands immeubles..

Californie : les célèbres vignobles de la Napa Valley en proie aux flammes

Lire l'article