Une premier Américain inculpé pour trafic de gaz à effet de serre

trafic de gaz a effet de serre

Des machines à air conditionné dans un magasin de New York, le 28 juillet 2023 © GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives SPENCER PLATT

Washington (AFP) – Un Californien est devenu le premier Américain inculpé pour l’importation présumée illégale aux Etats-Unis d’un gaz à effet de serre très polluant, ont rapporté des responsables lundi.

Michael Hart, originaire de San Diego, dans l’ouest du pays, a été arrêté au titre d’une loi sur l’innovation et la production de 2020 interdisant l’importation d’hydrofluorocarbures (HFC) sauf autorisation de l’Agence de protection de l’environnement (EPA).

Ces gaz fluorés, que l’on trouve communément dans les réfrigérateurs et climatiseurs, dans les systèmes anti-incendie ou encore comme agents gonflants dans des mousses, sont de puissants gaz à effet de serre, à l’impact des centaines voire des milliers de fois plus important que le dioxyde de carbone pour retenir la chaleur dans l’atmosphère terrestre et accroître le réchauffement climatique.

D’après le ministère de la Justice, M. Hart a acheté des réfrigérants au Mexique et les a importés illégalement aux Etats-Unis dans son véhicule, les cachant sous une bâche et des outils.

Le Californien a ensuite publié des annonces de vente sur plusieurs sites internet comme Facebook Marketplace et OfferUp, avec pour objectif de se dégager un profit.

« Le trafic illégal d’hydrofluorocarbures (…) nuit aux efforts internationaux pour combattre le changement climatique au titre de l’amendement de Kigali du protocole de Montréal », a déclaré David Uhlmann, de l’EPA, faisant référence à un accord signé par les Etats-Unis et de nombreux autre pays qui vise une diminution de l’usage de ces gaz polluants de l’ordre de 80 à 85% d’ici 2047.

D’après les autorités judiciaires, M. Hart a également importé du chlorodifluorométhane (HCFC-22), une molécule pouvant dégrader la couche d’ozone et qui fait l’objet de règles au titre de la loi sur la qualité de l’air, le Clean Air Act.

© AFP

Ecrire un commentaire

Fin de l'aventure pour la coopérative ferroviaire citoyenne Railcoop qui voulait relancer le train Bordeaux-Lyon

Lire l'article