A New Delhi étouffée par la pollution, les écoles restent fermées

POLUTION DE L4AIR DELHI ECOLES FERM2ES

Des gens marchent vers la India Gate à New Delhi, la capitale indienne envahie par le smog, le 3 novembre 2023 © AFP/Archives ARUN THAKUR

New Delhi (AFP) – Les autorités de New Delhi, étouffée par un mélange de pollution et de fumées, ont annoncé dimanche que les écoles resteraient fermées une semaine de plus.

Chaque automne, la capitale indienne, déjà parmi les villes les plus polluées de la planète en temps normal, vit dans un air quasi-irrespirable lorsque viennent s’ajouter à la pollution les fumées provenant des campagnes environnantes où les agriculteurs brûlent les chaumes.

Ce « smog » (contraction en anglais de « smoke », fumée, et « fog », brouillard) est considéré comme responsable de centaines de milliers de morts prématurées chaque année.

« Comme les niveaux de pollutions continuent à être très élevés, les écoles primaires de Delhi resteront fermées jusqu’au 10 novembre », a annoncé sur X (ex-Twitter) le ministre de l’Education de l’Etat de Delhi, ajoutant que les écoles secondaires pouvaient « choisir de passer en cours par visio » si elles le souhaitaient.

La capitale indienne, avec sa population de 30 millions d’habitants, était à nouveau dimanche la ville la plus polluée du monde, selon la firme IQAir, spécialiste en mesure de pollution.

Le niveau de microparticules PM2.5, tellement minuscules qu’elles peuvent pénétrer dans le sang, atteignait dimanche près de 40 fois le niveau maximum recommandé par l’Organisation mondiale de la Santé, toujours selon IQAir.

Lorsque le niveau de pollution devient trop sévère, la ville restreint également les activités du bâtiment, et interdit la circulation de certains véhicules.

Mais les critiques accusent le gouvernement d’ignorer délibérément la part de l’agriculture dans cette pollution, les agriculteurs des Etats voisins étant un lobby électoral puissant.

[À lire aussi L’augmentation de la résistance aux antibiotiques, une autre conséquence inattendue de la pollution de l’air par les particules fines]

L’Inde utilise également très largement le charbon, particulièrement polluant, comme source d’énergie, et, loin de tenter de s’en éloigner, a au contraire vu sa pollution par habitant due au charbon augmenter de près de 30% depuis sept ans.

Une étude publiée par le journal médical The Lancet en 2020 a estimé que la pollution en Inde avait fait l’année précédente près de 1,7 million de morts dans le pays, dont 17.500 dans la capitale.

Et les habitants des grandes villes meurent en moyenne 12 ans plus tôt en raison de la pollution, selon un rapport publié en août par l’Institut de politique énergétique de l’Université de Chicago.

Un match de la coupe du monde de cricket est prévu lundi à New Delhi entre le Sri Lanka et Bangladesh, mais les deux équipes ont renoncé à s’entraîner ces derniers jours en raison des risques de santé posés par le smog.

© AFP

Ecrire un commentaire

Le navire-laboratoire Energy Observer de retour à Saint-Malo après 7 ans d'odyssée

Lire l'article