Déchets nucléaires enfouis: le Conseil constitutionnel statue sur le droit des générations futures

avenir nucleaire conseil constitutionnel

Une banderole contre le projet de site d'enfouissement de déchets nucléaires à Bure (Meuse), le 6 août 2022 © AFP/Archives Jean-Christophe Verhaegen

Paris (AFP) – Le Conseil constitutionnel se prononce vendredi sur le droit des générations futures invoqué par les opposants au projet de centre Cigéo d’enfouissement des déchets les plus radioactifs à Bure (Meuse) issues des centrales nucléaires, dans une décision qui doit faire date pour la protection de l’environnement.

Validé par le gouvernement qui l’a déclaré d’utilité publique en 2022, le projet Cigéo de stockage géologique à 500 mètres sous terre a déjà franchi de nombreuses étapes, bien que contesté depuis plus de vingt ans.

Dernier recours en date: la déclaration d’utilité publique a été attaquée devant le Conseil d’État par des riverains, 14 organisations locales et 7 nationales comme Attac, France Nature Environnement, Greenpeace ou encore « Sortir du nucléaire ».

Ce recours a été l’occasion de poser une Question prioritaire de Constitutionnalité (QPC) au Conseil constitutionnel pour vérifier si le mode de traitement des déchets prévu dans le sous-sol argileux de Bure respecte les principes constitutionnels, à savoir ceux posés par le préambule de la Charte de l’environnement de 2005.

Antinucléaires, riverains et défenseurs de l’environnement attendent ainsi que les Sages fixent « la teneur de la protection que notre norme suprême accorde aux générations futures », selon leur communiqué.

 « Equilibre subtil »

La question est cruciale: « Cela peut avoir des conséquences sur l’autorisation de nouveaux projets qui seront évalués en fonction de leurs conséquences immédiates et futures », avance l’avocat spécialisé en droit de l’environnement Vincent Brenot, associé au cabinet August Debouzy, qui défend d’ordinaire plutôt des industriels, mais n’est pas partie à ce dossier.

« Il y a un équilibre subtil à trouver de la part du Conseil constitutionnel », dit-il, « car on est à la fois dans une période où l’on est très attentif à l’environnement et en plein dans une quête de regain de notre souveraineté industrielle ».

En matière d’enfouissement des déchets, le principe imposé par les textes français est d’assurer la réversibilité de la méthode de stockage, pendant au minimum plusieurs décennies au cours desquelles il faut pouvoir changer de méthode ou récupérer les déchets.

Or, soutiennent les requérants, le délai considérable – jusqu’à des centaines de milliers d’années – durant lequel les déchets les plus toxiques doivent être conservés avant que les radiations ne retombent à des niveaux sûrs excèdent largement cette durée, et hypothèque le droit des générations futures.

Solidarité et fraternité

Les générations futures n’existant pas, le raisonnement s’appuie sur nos obligations de solidarité et de fraternité envers elles. Le Conseil constitutionnel devant dire jusqu’à quel point.

La France compte trois centres de stockage en surface, deux dans l’Aube et un dans la Manche, qui permettent de stocker 90% des déchets radioactifs produits sur le territoire.

Les déchets nucléaires les plus radioactifs, ceux à haute intensité et à vie longue, pourraient eux être entreposés d’ici 2035-2040 dans le sous-sol argileux de Bure, aux confins de la Meuse et de la Haute-Marne. Le site pourrait accueillir au moins de 83.000 m3, à l’instar du dépôt finlandais d’Onkalo, conçu pour abriter le combustible usé issu pendant toute leur durée de vie par les cinq réacteurs nationaux.

Comme chaque site nucléaire, Cigéo va faire l’objet d’un double examen technique par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et de l’IRSN, l’Institut qui surveille le risque nucléaire, qui prendra environ trois ans.

Pour l’heure, le site meusien de l’Andra n’accueille qu’un laboratoire scientifique, aucun déchet radioactif n’y est entreposé.

Le projet a suscité de nombreux épisodes de protestation.

Le 2 septembre, une manifestation a encore eu lieu sous haute surveillance et réuni plusieurs centaines de personnes, des riverains mais aussi des militants antinucléaires de différentes nationalités (Français, Allemands, Suisses, Brésiliens, Colombiens) venus dénoncer le « passage en force » de l’État.

© AFP

À lire aussi

Le journaliste Thomas Blosseville, auteur du Nucléaire (presque) facile ! : « on peut légitimement se demander si le nucléaire est une solution pour le monde tel qu’il sera dans les prochaines décennies »

Les déchets nucléaires, grands absents du débat municipal dans la région de Bure

A 500 mètres sous terre pour préparer l’éventuel enfouissement des déchets radioactifs dans l’est de la France

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Serge Rochain

    L’hypocrisie à l’état pur

Les pluies ont bien rechargé les nappes phréatiques en avril, sauf dans les Pyrénées-Orientales selon le BRGM

Lire l'article