Les inquiétudes autour du militant emprisonné Alaa Abdel Fattah s’invitent à la COP27

Alaa Abdel Fattah

Le militant égyptien Alaa Abdel Fattah, le 17 mai 2019 au Caire © AFP/Archives Khaled DESOUKI

Charm el-Cheikh (Egypte) (AFP) – Le détenu politique le plus célèbre d’Egypte, Alaa Abdel Fattah, en grève de la faim et qui n’aurait plus que quelques jours à vivre selon ses soutiens, s’est invité lundi dans les discussions entre dirigeants réunis à Charm el-Cheikh pour la COP27.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a ainsi dû répondre successivement au Premier ministre britannique Rishi Sunak et au président français Emmanuel Macron au sujet du prisonnier britannico-égyptien, icône de la révolution de 2011 en Egypte.

M. Sunak avait prévenu: Alaa Abdel Fattah est « une priorité » pour Londres. Lundi soir, après avoir rencontré le président égyptien, il a dit « espérer voir son cas résolu au plus vite » et s’est engagé à continuer à « faire pression pour qu’il y ait du progrès », selon un porte-parole de Downing Street.

M. Macron, lui, a assuré que M. Sissi s’était « engagé » à ce que la santé d’Alaa Abdel Fattah « soit préservée », disant espérer que « les prochaines semaines et les prochains mois permettront d’avoir des résultats ».

[À lire aussi S’unir ou périr : les grands de ce monde tancés à la COP]

Le porte-parole de M. Sissi s’est contenté de faire état de ces entretiens sans en révéler la teneur.

Le chef de la diplomatie égyptienne, Sameh Choukri, président de la COP27, a assuré à la télévision CNBC qu’Alaa Abdel Fattah « bénéficie de tous les soins nécessaires en prison ».

Autant d’affirmations rejetées par les proches de M. Abdel Fattah, dont sa soeur Sanaa Seif, présente à Charm el-Cheikh où elle multiplie les rencontres avec des responsables et les interviews.

Depuis le 2 avril, Alaa Abdel Fattah, bête noire du président Sissi, n’ingérait qu’un verre de thé et une cuillère de miel par jour dans sa prison de Wadi al-Natroun, au nord-ouest du Caire.

Incarcéré plusieurs fois depuis 2006, il a totalement cessé de s’alimenter mardi dernier et de boire dimanche, alors que s’ouvrait la COP27 à Charm el-Cheikh, à l’autre bout du pays.

 « Plus beaucoup de temps »

Lundi, trois journalistes égyptiennes ont annoncé entamer une grève de la faim pour réclamer sa libération.

« Nous arrêtons de nous nourrir maintenant parce qu’Alaa Abdel Fattah est en danger de mort », a expliqué à l’AFP Mona Selim, lors d’un sit-in au Caire avec Eman Ouf et Racha Azab.

Elles réclament « la libération de tous les détenus d’opinion », qui sont plus de 60.000 en Egypte, selon les ONG.

Les militants présents à la COP27 multiplient les posts sous le mot-clé #FreeAlaa sur les réseaux sociaux et plusieurs orateurs de la société civile ont terminé leurs allocutions par la phrase « You have not yet been defeated », le titre du livre d’Alaa Abdel Fattah.

« Il n’y a plus beaucoup de temps, au mieux 72 heures, pour libérer Alaa Abdel Fattah. Si (les autorités égyptiennes) ne le font pas, cette mort sera dans toutes les discussions à la COP27 », prévenait dès dimanche la secrétaire générale d’Amnesty International, Agnès Callamard.

A Beyrouth, une centaine de personnes ont manifesté lundi devant l’ambassade britannique.

« Il incarne la lutte du monde arabe contre les régimes autoritaires depuis 12 ans », a affirmé la journaliste et militante Diana Moukalled, qui brandissait un portrait en noir et blanc du militant accompagné du mot-clé #FreeAlaa.

 De toutes les révoltes

Abdel Fattah, ingénieur de formation et blogueur pro-démocratie, qui fut pendant des années de toutes les révoltes en Egypte, a été condamné fin 2021 à cinq ans de prison pour « diffusion de fausses informations ».

Il a été une figure de proue du mouvement politique Kefaya dans les années 2000, puis de la révolution de 2011 qui renversa Hosni Moubarak, des défilés monstres contre l’islamiste Mohamed Morsi deux ans plus tard et enfin des manifestations contre Abdel Fattah al-Sissi.

Depuis sa prison, il est devenu « le symbole de l’arbitraire du régime », affirme Agnès Callamard.

Selon Amnesty, depuis que l’Egypte a réactivé sa Commission des grâces présidentielles en avril, 766 prisonniers d’opinion ont été libérés.

Mais 1.540 autres sont entrés en prison, dont Sherif al-Roubi, une figure de la gauche réincarcéré après avoir bénéficié de cette grâce, note l’ONG.

« Le président avait annoncé une initiative qui devait mettre fin aux incarcérations pour délit d’opinion mais en réalité, c’est le contraire », renchérit Mme Selim.

Si sa Constitution garantit la liberté de la presse, l’Egypte compte une trentaine de journalistes incarcérés. Selon Reporters sans frontières (RSF), Le Caire est 168e sur 180 au classement de la liberté de la presse 2022.

Le premier séjour en prison d’Alaa Abdel Fattah remonte à 2006, sous Hosni Moubarak. Il y est retourné sous le maréchal Mohammed Tantaoui, dirigeant de facto du pays entre 2011 et 2012, sous Morsi puis sous le président Sissi depuis 2019.

C’est depuis sa cellule qu’il est devenu citoyen britannique, en pleine grève de la faim, sa mère Laila Soueif étant née à Londres.

© AFP

Ecrire un commentaire

Le Congrès américain adopte une loi pour éviter une grève majeure du fret ferroviaire

Lire l'article