Indisponibilités nucléaires : EDF prié de débrider barrages et éoliennes

barrage eoliennes edf lacunes nucleaires

© AFP Le barrage EDF de Sainte-Croix, dans la vallée de la Durance, le 22 août 2000 © AFP Myriam Chaplain-Riou

Paris (AFP) – Le gouvernement français a demandé à EDF, et plus largement aux autres énergéticiens, de prendre des mesures pour débrider barrages et parcs éoliens afin de faciliter l’approvisionnement électrique du pays cet hiver, après l’annonce d’une indisponibilité prolongée de certains réacteurs nucléaires.

Dans un courrier au PDG d’EDF daté de vendredi, la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher lui demande « de tout mettre en œuvre pour dégager de nouvelles marges de manœuvre pour le passage de l’hiver », ce qui « passe, notamment, par la maximisation de la production renouvelable de l’entreprise ».

Cela signifie augmenter « de manière anticipée la puissance des concessions hydroélectriques », écrit-elle.

Le recours accru aux barrages était jusqu’ici limité notamment par l’existence d’une redevance s’appliquant aux exploitants en cas d’augmentation de puissance. Mais cette taxe doit disparaître à la faveur de la nouvelle loi de finances.

C’est aussi « la maximisation de la production renouvelable d’origine éolienne, qui nécessite pour EDF une expertise site par site des possibilités de débridage, en lien avec les services déconcentrés de l’Etat, qui ont la consigne d’instruire les éventuelles demandes de manière prioritaire », ajoute la lettre adressée à Jean-Bernard Lévy.

Cette demande concerne, outre EDF, tous les exploitants, a-t-on précisé au ministère.

[À lire aussi Réduire de 10 % la consommation énergétique française grâce à la sobriété, possible et faisable, d’après négaWatt]

Le bridage des éoliennes est paramétré à l’avance, selon leur exposition, les seuils de vent… afin aussi de limiter certains impacts, sonores notamment. Le débridage et ses modalités seront décidés site par site, chaque parc ayant ses caractéristiques.

L’effort « passe enfin par l’accélération des projets renouvelables en cours de construction portés par EDF », ajoute la ministre, en invitant à lui « signaler toutes les difficultés éventuelles dans ces projets ».

Pour EDF, cette lettre « s’inscrit dans une continuité d’échanges » avec le gouvernement en vue de l’hiver, et la question de l’augmentation de la production renouvelable « était déjà en cours d’instruction », sans que l’on puisse encore à ce stade évaluer le volume d’électricité supplémentaire espéré là.

[À voir aussi Le nucléaire français face aux défis de la relance et des pertes de compétences]

« On va apporter une réponse dans les meilleurs délais », ajoute le groupe.

A ce jour, 26 réacteurs nucléaires sont à l’arrêt, pour maintenance mais aussi problèmes de corrosion, sur un parc de 56.

L’électricien national a annoncé jeudi un nouveau report de la date de reconnexion de quatre d’entre eux, et revu à la baisse son estimation de production nucléaire pour 2022, dans un contexte d’approvisionnement électrique et gazier déjà tendu.

Sur le front des renouvelables, le gouvernement compte aussi sur l’entrée en service complet du tout premier parc éolien offshore de France, face à Saint-Nazaire.

En outre, « les travaux portant sur la fiabilisation de notre capacité d’importation d’électricité, notamment d’Allemagne, devraient trouver une issue favorable très prochainement », ajoute Mme Pannier-Runacher dans sa lettre.

Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz s’étaient accordés début septembre pour que la France livre davantage de gaz à l’Allemagne, celle-ci pouvant en retour fournir, si besoin, de l’électricité à son voisin.

©

Ecrire un commentaire

Les pluies ont bien rechargé les nappes phréatiques en avril, sauf dans les Pyrénées-Orientales selon le BRGM

Lire l'article