L’ONU impose l’obligation de justifier tout veto, sur fond de blocage russe sur l’Ukraine

onu veto conseil de securite

L'Assemblée générale de l'ONU, le 1er mars 2022 à New York © AFP/Archives Andrea RENAULT

Nations unies (Etats-Unis) (AFP) – L’Assemblée générale des Nations unies a adopté mardi par consensus une résolution obligeant les cinq membres permanents du Conseil de sécurité à justifier leur recours au veto, une réforme rare qui a été relancée par l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Ciblant directement les Etats-Unis, la Chine, la Russie, la France et le Royaume-Uni, seuls détenteurs du veto, la mesure initiée par le Liechtenstein a vocation à leur « faire payer un prix politique plus élevé » lorsqu’ils y auront recours, résume un ambassadeur d’un pays n’en disposant pas et demandant à garder l’anonymat.

La réforme poussera-t-elle les cinq membres permanents à moins utiliser le veto prévu par la Charte des Nations unies? Ou aura-t-elle un effet incitatif à en provoquer sciemment davantage contre des textes d’emblée inacceptables?

L’avenir le dira. Certains pays pourraient pousser les Etats-Unis à utiliser leur veto sur des textes liés à Israël. De son côté, Washington pourrait mettre au vote au Conseil de sécurité un projet de résolution renforçant les sanctions contre la Corée du Nord, en discussions maintenant depuis plusieurs semaines, en sachant pertinemment que Moscou et Pékin y mettraient leur veto.

Interrogé sur la réforme lors de son premier déplacement en Russie depuis l’invasion de l’Ukraine, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a souligné être « très favorable à un usage modéré du droit de veto ».

« Le veto a probablement été utilisé trop de fois. Dans de nombreuses circonstances, il est utilisé sans que les intérêts vitaux d’un pays n’existent », a-t-il ajouté.

Depuis le premier veto jamais utilisé (par l’Union soviétique en 1946 sur le dossier syrien et libanais), la Russie y a recouru 143 fois, loin devant les Etats-Unis (86 fois), le Royaume-Uni (30 fois), la Chine et la France (18 fois chacune).

Avancée pour la première fois il y a deux ans et demi, la réforme adoptée mardi par les 193 pays membres de l’Assemblée générale prévoit leur convocation « dans les dix jours ouvrables suivant l’opposition d’un ou plusieurs membres permanents du Conseil de sécurité, pour tenir un débat sur la situation dans laquelle le veto a été exprimé ».

Près d’une centaine de pays avaient rejoint le Liechtenstein pour co-parrainer ce texte, dont les Etats-Unis très rapidement, le Royaume-Uni et la France in extremis à l’unisson avec le reste des membres de l’Union européenne.

La Russie et la Chine n’ont pas parrainé le texte. Il va « diviser » encore davantage l’ONU, avait pesté avant l’adoption un diplomate russe s’exprimant sous couvert d’anonymat.

Le projet « ne vise personne », a assuré l’ambassadeur du Liechtenstein, Christian Wenaweser. « Il n’est pas dirigé contre la Russie », a-t-il insisté alors que la mise au vote après plus de deux ans de gestation infructueuse a coïncidé avec la paralysie du Conseil de sécurité pour faire arrêter l’invasion russe, due au droit de veto de Moscou.

Pour les Etats-Unis, la Russie abuse de son droit de veto depuis deux décennies et le texte adopté doit permettre d’y remédier.

La résolution veut « promouvoir le rôle des Nations unies, le multilatéralisme et la voix de nous tous qui ne détenons pas de droit de veto et ne siégeons pas au Conseil de sécurité sur les questions de paix et de sécurité internationales », a fait valoir Christian Wenaweser.

Le texte n’est pas contraignant et rien n’empêche un pays ayant utilisé son veto de ne pas venir l’expliquer devant l’Assemblée générale. Son application, à effet immédiat, « jettera la lumière » sur le recours à ce droit et sur les « blocages » du Conseil de sécurité, fait valoir toutefois un ambassadeur demandant à ne pas être identifié.

Outre ses cinq membres permanents, le Conseil de sécurité compte aussi dix membres élus pour deux ans, sans droit de veto.

Parmi les co-parrains de la résolution figuraient, outre l’Ukraine, le Japon et l’Allemagne, deux Etats aspirant à un statut de membre permanent dans un éventuel Conseil de sécurité élargi. Cet élargissement pour mieux représenter le monde actuel, réclamé encore mardi par Antonio Guterres notamment au profit de l’Afrique, est dans l’impasse depuis des années.

Ni le Brésil, qui a rappelé que le veto peut être utile pour garantir la paix, ni l’Inde, autres postulants potentiels à une position permanente au Conseil, n’ont soutenu l’adoption du texte.

© AFP

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Guy J.J.P. Lafond

    Mise à jour intéressante. Merci.
    Svp, je suis de ceux et celles qui continuent de demander une réforme du Conseil de sécurité de l’ONU.
    Comme l’avait déjà démontré l’ancien premier ministre du Canada, feu Lester B. Pearson, en créant une nouvelle force, soit les casques bleus, je crois que l’ONU peut s’améliorer davantage quand il s’agit de relever des défis de sécurité mondiale, quand il s’agit de promouvoir la bonne entente et la paix aux quatre coins de la Terre.
    Un mécanisme devrait être adopté sans plus tarder par tous les pays membres de l’ONU pour expulser du Conseil de sécurité un de ses membres permanents qui déciderait de commettre un crime d’agression (ex: crime de guerre) et qui abuserait aussi de manière flagrante de son pouvoir politique au sein de l’ONU (ex: refuser à plus d’une reprise d’expliquer l’exercice de son droit de véto).
    Contrairement aux positions actuelles du Brésil et de l’Inde, lesquelles refusent de soutenir l’idée de convoquer un membre permanent pour expliquer l’exercice de son droit de véto, je rêve au jour où un pays exemplaire de l’hémisphère sud entrera au Conseil de sécurité de l’ONU à titre de membre permanent.
    Sincèrement,
    @GuyLafond @FamilleLafond
    https://twitter.com/UNBiodiversity/status/1395129126814691329

Philippe Bihouix :  « la vraie ville "smart", c’est celle qui repose avant tout sur l’intelligence de ses habitants »

Lire l'article