En Suède, la grâce des courses de patins sur lacs gelés

patin course Suède

Des patineurs participent à la "Sigtunarännet", course de 50 km sur le lac Mälaren gelé, au départ de Sigtuna, au nord de Stockholm, le 20 février 2022 © AFP Jonathan NACKSTRAND

Sigtuna (Suède) (AFP) – Sur l’immensité du lac gelé recouvert d’une couche de neige, ils fusent avec élégance à plus de 30 kilomètres heure sur le long cordon sombre de la piste traversant l’étendue blanche hivernale suédoise.

Après trois années de disette liée au manque de glace puis au Covid, la « Sigtunarännet », une course de patins sur lac gelé de 50 kilomètres a pu avoir lieu dimanche près de Stockholm.

Un spectacle pour les yeux toujours incertain et rendu encore plus aléatoire par le réchauffement climatique.

Equipés des longs patins adaptés aux longues distances, plus de 500 participants se sont affrontés sur la couche de glace recouvrant le lac Mälaren, au départ de Sigtuna, petite cité plus que millénaire à une quarantaine de kilomètres au nord de Stockholm, selon les organisateurs.

Répartis en groupes de niveau – les meilleurs bouclent les 50 kilomètres en environ 1h30 – les patineurs aux combinaisons moulantes et colorées évoluent dans leur style caractéristique: mains dans le dos, et les jambes poussant fort vers l’extérieur.

C’est seulement la deuxième fois que la Sigtunarännet (« course de Sigtuna ») a lieu depuis sa création en 2018, avec trois tours d’une piste d’un peu moins de 17 kilomètres.

La première édition avait été remportée par le champion olympique de patinage de vitesse Niels van der Poel.

En février 2019 et 2020, la glace était absente ou pas suffisamment solide. Et en 2021, ce sont les restrictions anti-Covid qui avaient contraint les organisateurs à l’annulation.

Cet hiver dans la région de Stockholm, la couche de glace d’environ 15 centimètres s’est formée tôt dans la saison, après une vague de grand froid fin novembre. Elle a pu ainsi bien résister et regeler facilement la nuit, malgré des températures souvent positives ces dernières semaines.

Seul petit inconvénient: la neige. Les patineurs préfèrent les grands froids sans flocons, qui assurent des étendues libres. Mais les déneigeuses permettent de tracer des pistes sur les lacs.

Cette course est l’héritière d’une encore plus longue, la Vikingarännet, qui était organisée sur près de 80 kilomètres entre Uppsala et Stockholm.

Trop fréquemment annulée alors que les conditions de glace se font de plus en plus incertaines dans la capitale suédoise, la course des Vikings avait déposé le bilan après l’annulation du millésime 2017.

Un sort cruel déjà subi aux Pays-Bas : grands amateurs de patinage de vitesse, les Bataves ont dû délocaliser leur légendaire course annuelle de l’Elfstedentocht (près de 200 kilomètres!) en Autriche, du fait d’annulations devenues quasi systématiques.

© AFP

Aussi sur GoodPlanet Mag’ :

Le dégel du permafrost, une triple menace, selon des études

Fonte des glaces : quelles conséquences pour les humains ?

Aux abords du pôle Nord, la glace témoin et victime du réchauffement climatique

Ecrire un commentaire

Philippe Bihouix :  « la vraie ville "smart", c’est celle qui repose avant tout sur l’intelligence de ses habitants »

Lire l'article