22,5 degrés en décembre : nouvelle chaleur record dans l’Ouest canadien

Lytton, en Colombie-Britannique, le 1er septembre 2021 © AFP/Archives COLE BURSTON

Montréal (AFP) – Après avoir suscité des inquiétudes mondiales en suffoquant cet été sous un dôme de chaleur historique, une région de l’ouest du Canada a enduré cette semaine une nouvelle montée record du mercure… jusqu’à 22,5°C.

Cette température a été enregistrée à Penticton, au centre de la Colombie-Britannique, province la plus à l’ouest du Canada qui subit depuis plusieurs mois des événements météorologiques extrêmes à répétition.

« C’est un record, ou bien ça égalise un record » remontant à 1982 en Ontario, a précisé jeudi à l’AFP Armel Castellan, météorologue chez Environnement Canada.

Penticton, qui compte quelque 33.000 habitants, se situe à quelques centaines de kilomètres de Lytton, municipalité à 250 kilomètres au nord-est de Vancouver qui a enregistré fin juin le record historique de température au Canada avec 49,6 degrés Celsius, et qui a été détruite à 90% par un incendie de forêt.

À Penticton, « le record absolu était de 11,2°C en 2012, puis hier la température maximale était de 22,5°C, donc c’est sûr que c’est un record », a expliqué à l’AFP Gregory Yang, météorologue chez Environnement Canada.

Cette région de l’intérieur de la Colombie-Britannique est aussi celle qui a subi cet été les effets du dôme de chaleur « historique », qui a fait plus de 500 morts, suivi par d’importants incendies.

« Depuis le mois de septembre, on a eu beaucoup, beaucoup de chaleur qui nous vient des subtropiques », a expliqué Armel Castellan.

Depuis environ une semaine, une « rivière atmosphérique » s’abat sur le sud-ouest de la Colombie-Britannique.

De violentes précipitations ont causé des inondations catastrophiques depuis la mi-novembre dans la province, événements qui ont été reliés aux effets du changement climatique par les autorités.

De récentes études montrent la responsabilité directe du changement climatique dans certaines vagues de chaleur. Ainsi, la canicule extraordinaire au Canada en juin 2021, avec des températures frôlant les 50°C, aurait été « presque impossible » sans le réchauffement, selon les scientifiques du World Weather Attribution.

L’inhabituelle chaleur hivernale s’est étendue à tout le nord-ouest des États-Unis, où des records de chaleur pour un mois de décembre ont été battus ou égalés mercredi en différents points des États de Washington, du Montana, du Wyoming et du Dakota du Nord. Les températures pouvaient y être supérieures de presque 20 degrés Celsius à la normale.

Jeudi, ce front chaud s’est décalé vers le centre du pays, avec par exemple un record de chaleur pour un 2 décembre enregistré à Omaha, dans le Nebraska, où il faisait 20°C jeudi après-midi.

Système d’alerte

L’Ouest américain est confronté ces dernières années à des aléas météorologiques de plus en plus marqués, en Californie notamment.

Les autorités californiennes envisagent à ce titre de mettre en place dès l’an prochain un système d’alerte aux vagues de chaleur qui classerait chacun de ces épisodes en fonction du nombre de morts redoutés afin de favoriser les mesures préventives.

Comme pour les ouragans, chaque vague de chaleur se verrait attribuer un nom et un indice de dangerosité.

Plutôt que de se contenter de dire « il va faire 40,5 °C », l’alerte indiquerait « voici combien de personnes vont mourir », résume dans le Washington Post Larry Kalkstein, conseiller scientifique de la Fondation Adrienne Arsht-Rockefeller qui promeut cette initiative.

L’équipe de M. Kalkstein prévoit trois catégories de vagues de chaleur. Un phénomène d’indice 1 ne présenterait pas de risque majeur, avec une augmentation de la mortalité comprise entre 0% et 10%.

La catégorie 3 serait beaucoup plus mortifère, comparable à la canicule exceptionnelle qui a sévi dans le nord-ouest des États-Unis et dans la Colombie Britannique en juin dernier.

© AFP

A lire aussi sur GoodPlanet mag’ :

La Cop26 adopte un « pacte de Glasgow » critiqué pour accélérer la lutte contre le réchauffement climatique

Nouvelles vagues de chaleur aux États-Unis, mesures contre les incendies au Canada

Entre sécheresse et pluies extrêmes, la Californie en première ligne du réchauffement

Quand les glaciers deviennent des lacs sous l’effet du réchauffement

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Guy J.J.P. Lafond

    La Nature et la loi de la Terre continuent de nous surprendre.
    Nous, les humains, devons procéder à quelques réglages pour reprendre une place plus humble et plus saine parmi l’ensemble de toutes les espèces animales et végétales sur cette si fragile planète bleue.
    Nous devons changer certains de nos comportements qui sont devenus excessifs et dangereux quand il s’agit de protéger la biodiversité sur Terre. Exemple:
    1. Construire moins d’autoroutes et de véhicules polluants;
    2. Demander aux nouvelles familles d’avoir moins d’enfants et d’en prendre mieux soins. Personne ne désire que son (ses) enfant(s) meure(nt) de faim.
    Ainsi, nous pourrions aider la Nature à réparer le cycle planétaire de l’eau.
    ET nous aurons gagné cette bataille quand nous constaterons que les grands glaciers partout sur cette fragile planète auront recommencé à se former d’une année à l’autre.
    ET pour la Nature, ce sont quelques petits réglages. Un exemple simple:
    1. Laisser davantage de forêts en friche afin qu’elles puissent faire leur travail précieux d’absorber le trop plein de CO2 dans l’atmosphère. @:-)
    À suivre,
    T: @GuyLafond @FamilleLafond
    https://www.un.org/sustainabledevelopment/fr/objectifs-de-developpement-durable/
    https://twitter.com/UNBiodiversity/status/1395129126814691329
    Svp, à nos vélos, à nos espadrilles de marche, à nos vêtements de plein-air! Car le temps file et car les enfants comptent. Merci,

2021 est l'une des 7 années les plus chaudes jamais enregistrées, confirme l'ONU

Lire l'article