Inde : la pollution de New Delhi aggravée par les brûlis agricoles

Des paysans indiens brûlent les chaumes à l'issue de la récole de riz dans les environs de la capitale New Delhi, le 9 novembre 2021 © AFP NARINDER NANU

Amritsar (Inde) (AFP) – Des flammes qui crépitent, des panaches de fumée qui s’élèvent dans les champs: comme chaque hiver, la pratique des brûlis agricoles dans le nord de l’Inde enveloppe la capitale New Delhi d’un nuage toxique.

Cette pratique permet à des dizaines de milliers de petits paysans de nettoyer leurs champs à moindre coût des résidus de la récolte du riz pour pouvoir semer la culture suivante, généralement du blé.

Dans l’Etat du Penjab, centre spirituel des Sikh et importante région agricole connue comme le grenier de l’Inde, où se concentrent la plupart de ces brûlis agricoles, la scène se répète dans les champs, à quelques heures de voiture au nord de New Delhi.

Des paysans en turban arpentent leurs terres, munis de torches pour faire brûler les tiges desséchées de riz sèches et laissant un paysage de cendres et terre noircie.

Rien qu’au Penjab, environ 47.000 brûlis agricoles ont été signalés ces dernières semaines dont plus de 5.000 pour la journée de mardi, selon le bureau de contrôle de la pollution de cet Etat.

Chaque année, la récolte annuelle de riz au Penjab et dans l’Etat voisin de l’Haryana, entraîne la destruction par brûlis de 35 millions de tonnes de chaume, selon une étude publiée cette année par la revue scientifique Energies.

Et New Delhi se retrouve sous un épais nuage de fumée à une période qui coïncide avec le début de l’hiver et le rassemblement de millions de gens pour célébrer la fête hindoue de Diwali.

En différents points de la capitale mercredi, le niveau de particules fines PM 2,5, les plus dangereuses pour la santé, se situait autour de 400 selon l’indice de qualité de l’air.

Ce chiffre est seize fois plus élevé que la limite quotidienne recommandée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Plus d’un quart de la pollution atmosphérique de la capitale peut être attribué aux brûlis agricoles, selon un observatoire gouvernemental.

Les paysans qui forment un électorat puissant, sont sceptiques quant à leur rôle dans la pollution et se plaignent de ne pas pouvoir changer ces méthodes de culture sans une aide substantielle du gouvernement.

Un rapport de 2020 de l’organisation suisse IQAir pointait le fait que 22 des 30 villes les plus polluées sont en Inde, et New Delhi la plus polluée de toute.

La même année, la revue a attribué 1,67 million décès à la pollution de l’air en Inde, en 2019, dont près de 17.500 dans la capitale qui souffre aussi des émissions de gaz toxiques provenant de l’industrie et celles de son trafic routier.

© AFP

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Francis

    Incompréhensible. L’Inde possède pourtant une industrie sidérurgique capable de fabriquer des rouleaux à faire tirer par des animaux pour ceux qui n’ont pas de tracteur, pour plaquer au sol cette paille et en faire de l’humus.

    • Francis

    Le paillage du sol n’est pas la seule utilisation possible.. Cette paille est compostable avec les déjections animales et humaines. Elle est compactable pour en faire des granulés combustibles pour faire la cuisine.

22,5 degrés en décembre : nouvelle chaleur record dans l'Ouest canadien

Lire l'article