Avant la COP26, le prince William critique la course au tourisme spatial

Le prince William, le 9 septembre 2021 à Londres © POOL/AFP/Archives Dominic Lipinski
Prince William

Londres (AFP) – Le prince William, un des petits-fils de la reine Elizabeth II, a critiqué jeudi la course au tourisme spatial, appelant à se concentrer plutôt sur les problèmes de la planète avant la grande conférence sur le climat (COP26) à Glasgow.

« Certains des plus grands cerveaux et esprits de ce monde doivent essayer avant tout de réparer cette planète, pas essayer de trouver le prochain lieu où aller vivre », a déclaré William, 39 ans, dans un entretien avec la BBC avant la première édition dimanche de son prix Earthshot pour récompenser des solutions à la crise climatique.

Cette critique intervient après un voyage de quelques minutes dans l’espace effectué mercredi par l’acteur de la série culte Star Strek William Shatner à bord d’une fusée de Blue Origin. Il est devenu, à 90 ans, la personne la plus âgée à atteindre l’ultime frontière.

Il s’agissait du deuxième vol habité de la fusée du milliardaire américain Jeff Bezos, fondateur d’Amazon, qui entend s’imposer comme un acteur incontournable dans le secteur convoité du tourisme spatial où concourent également les milliardaires britannique Richard Branson et américain Elon Musk.

Avant la COP26, le prince William, deuxième dans l’ordre de succession au trône britannique, s’est aussi joint à l’appel en faveur du climat de son père le prince Charles, dont il a loué l’action de longue date en faveur de l’environnement.

« La route n’a pas été facile là-dessus et je pense que vous savez qu’il était en avance, bien avant son temps en mettant en garde contre certains de ces dangers », a-t-il déclaré.

« Ce serait un désastre absolu » que George, fils aîné de William, ait à se trouver « là à parler avec vous dans 30 ans, à répéter les mêmes choses, parce que d’ici-là, il sera trop tard », a dit le prince.

Avant la conférence de l’ONU sur le climat, prévue à partir du 31 octobre, le prince William a aussi exhorté les dirigeants du monde à passer à l’action, et à ne pas se contenter de « belles paroles ».

« Je veux que les choses dont j’ai profité, la vie au grand air, la nature, l’environnement, je veux que ce soit toujours là pour mes enfants et pas seulement mes enfants mais les enfants de tout le monde », a-t-il dit.

« Si on ne fait pas attention, on va voler l’avenir de nos enfants à travers ce que l’on fait maintenant », a-t-il insisté.

Dans une interview accordée à la BBC diffusée lundi, son père le prince Charles, 72 ans, s’est dit inquiet que les dirigeants internationaux qui se réuniront à Glasgow ne « fassent que parler » pendant la COP26, au lieu de prendre des mesures pour réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre.

Les cinq lauréats du prix Earthshot seront désignés dimanche à Londres, lors d’une cérémonie retransmise à la télévision. Ils recevront chacun un million de livres (environ 1,18 million d’euros).

© AFP

4 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Balendard

    Il a raison le tourisme spatial en termes de gâchis énergétique est un vrai scandale

    La première chance de survie d’homo sapiens n’est même pas d’allez cherchez ailleurs ce qui nous manquerait sur terre mais comme mon ami Georges Polylytechnicien le pense, d’observer notre environment naturel et d’exploiter ce qui s’y trouve en évitant le gâchis actuel. voir

    http://infoenergie.eu/riv+ener/Sources%20potentielles.htm

    • michel CERF

    Il a mille fois raison .

    • Maurice Chaumien

    Restons sur terre, il nous reste beaucoup de bien à y faire

    • Guy J.J.P. Lafond

    Bravo au prince William du Royaume-Uni pour sa prise de position très raisonnable!

    Et quand des clients ultra-riches s’entêtent à vouloir passer quelques minutes en orbite autour de la Terre simplement pour bénéficier d’une vue imprenable de notre planète bleue, le prix qu’ils paient pour un aller-retour devrait-il vraiment servir à enrichir uniquement quelques mégalomanes?
    Ces énormes sommes d’argent (à 90% ) ne pourraient-elles pas être versées dans le fonds spécial de l’ONU pour venir en aide aux pays qui seront les plus touchés par la crise climatique? Ces clients privilégiés de l’espace pourraient-ils ainsi se sentir moins coupables…

    Pour le bien commun, chacun et chacune d’entre nous doit mieux choisir ses priorités dans la vie et pour la préservation de la vie sur Terre.

    Ex: Mettre sur pied des technologies propres pour donner l’accès à de l’eau potable à des familles dans le besoin dans des endroits reculés de la planète est un but louable.

    Avis à tous les nouveaux ingénieurs qui entrent sur le marché du travail!

Une situation "préoccupante" des nappes phréatiques en juillet, avertit le BRGM

Lire l'article