Chaleur « remarquable » pour septembre, nuit tropicale dans l’ouest

chaleur remarquable mois de septembre france

Une chaleur "remarquable" pour un mois de septembre touche la France depuis lundi © AFP/Archives VALERY HACHE

Paris (AFP) – Une chaleur « remarquable » pour un mois de septembre touche la France depuis lundi, selon Météo-France qui a enregistré des records de températures, notamment en Bretagne où certaines communes ont vécu une « nuit tropicale ».

Après un été très arrosé et peu ensoleillé avec malgré tout des températures légèrement supérieures à la moyenne, la chaleur s’est installée sur l’Hexagone lundi, un « pic » qui ne durera pas, en raison d’une dégradation attendue dès le milieu de semaine.

Mais les températures sont malgré tout « exceptionnellement chaudes » pour un mois de septembre, selon Météo-France.

Ainsi, lundi, plusieurs records mensuels ont été dépassés dans l’ouest du pays. Pour seulement la troisième fois de l’histoire des mesures en septembre, la barre des 30°C a été dépassée à Brest lundi et devrait l’être à nouveau mardi, ce qui serait une première pour ce mois.

« Après la vague de chaleur la plus sévère depuis 2006 dans le Finistère en juillet, cet étonnant été 2021 réserve des fortes chaleurs tardives… », a commenté sur Twitter le prévisionniste François Jobard.

Des records mensuels ont également été battus lundi dans le Morbihan, sur l’île de Groix (31,1°C, précédent record 31°C en septembre 1929) ou à Belle-Ile (30,5°C, précédent record 29,9°C en septembre 2004), ou égalés comme dans les Landes à Biscarrosse avec 36,5°C.

Mardi, alors que la température devait monter jusqu’à 36 ou 37°C dans le sud-ouest du pays, de nouveaux records mensuels ont été battus dans le Finistère: 31°C à Ploudalmezeau et Sibiril, 30,9°C à Quimper, 30,8°C à Tregunc.

Quant à Paris, si le seuil des 30°C est bien dépassé comme prévu quatre jours consécutifs, de dimanche à mercredi, « ça sera du jamais vu en septembre » depuis 1948, selon François Jobard.

Certaines communes ont également vécu dans la nuit de lundi à mardi une « nuit tropicale », les températures ne descendant pas sous les 20°C du sud de la Bretagne au Sud-Ouest, a noté le prévisionniste Alexandre Flouttard sur Twitter.

Des records de températures minimales ont également été battus à Quimper (19°C) ou à Noirmoutier (20,3°C).

Ce pic de chaleur devrait prendre fin avec l’arrivée mercredi en fin de journée d’une dégradation apportant orages violents, épisodes de grêle et fortes précipitations sur la partie centrale du pays, a précisé Météo-France.

Face au ressenti d’un été « pourri » pour la saison qui s’achève, Météo-France avait souligné fin août que ce « répit » n’infirmait pas la tendance globale au changement climatique.

Si après six étés très chauds, voire exceptionnels, la France a été épargnée cet été par les canicules en raison d’un phénomène dit de « goutte froide » lié au repli de l’anticyclone des Açores sur l’Atlantique, ce n’est pas le cas du reste de l’Europe.

Selon les données du service européen Copernicus sur le changement climatique (C3S) publiées mardi, l’été 2021 a été le plus chaud jamais enregistré en Europe, juste devant 2010 et 2018, avec notamment des températures record observées en août dans les pays méditerranéens.

©AFP

Été 2021, l’été le plus chaud en Europe

Juillet 2021, mois le plus chaud jamais enregistré sur Terre

Ecrire un commentaire

Russie : cinq morts sur le mont Elbrouz après une violente tempête

Lire l'article

Réchauffement climatique : la crue centennale, menace grandissante pour Paris

Lire l'article