Sept morts lors d’incendies dans le nord de l’Algérie

incendies algérie kabylie

La fumée d'un incendie de forêt s'élève au-dessus de collines boisées en Kabylie, le 10 août 2021 © AFP Ryad KRAMDI

Alger (AFP) – Une cinquantaine d’incendies « d’origine criminelle » et attisés par un épisode de canicule ont débuté lundi soir dans le nord de l’Algérie, notamment en Kabylie, tuant sept personnes, a déclaré le ministre de l’Intérieur.

« Nous déplorons malheureusement sept décès. Six dans la région (Tizi Ouzou) et un à Sétif », dans le nord, a déclaré à la télévision le ministre de l’Intérieur Kamel Beldjoud, qui s’est rendu accompagné d’une délégation ministérielle à Tizi Ouzou, l’une des villes les plus peuplées de Kabylie.

Les équipes de la protection civile tentent d’éteindre 31 incendies dans 14 wilayas (préfecture) du nord du pays. Dix sont en cours à Tizi Ouzou. Quatre autres ont éclaté à Jijel (est).

Les villes de Bouira, Sétif, Khenchela, Guelma, Bejaïa, Bordj Bou Arreridj, Boumerdès, Tiaret, Medea, Tébessa, Blida et Skikda sont également touchées par des incendies, a indiqué sur Twitter la direction générale de la protection civile.

« Cinquante départs de feu en même temps, c’est impossible. Ces incendies sont d’origine criminelle « , a affirmé M. Beldjoud.

La radio publique algérienne a annoncé mardi l’arrestation de trois « pyromanes » à Médéa (nord) où un incendie s’est aussi déclaré.

Des vents propagent les feux et compliquent la tâche des secouristes, a précisé Youcef Ould Mohamed, le conservateur local des forêts, cité par l’agence de presse algérienne APS.

Ces incendies surviennent alors que l’Algérie connait un été caniculaire marqué par une raréfaction de l’eau dans le pays. Les services météorologiques prévoient mardi des températures allant jusqu’à 46 degrés.

Des images impressionnantes des incendies circulent sur les réseaux sociaux.

Lors d’un Conseil des ministres tenu le 25 juillet, le président Abdelamdjid Tebboune a ordonné l’élaboration d’un projet de loi punissant sévèrement les auteurs d’incendies criminels de forêts, avec des peines allant jusqu’à 30 ans de prison ferme, voire la perpétuité si l’incendie a causé la mort d’individus.

Début juillet, trois personnes soupçonnées d’être impliquées dans des incendies ayant ravagé 1.500 hectares de forêts dans le massif des Aurès (nord-est de l’Algérie) avaient été arrêtées.

Pays le plus étendu d’Afrique, l’Algérie ne compte que 4,1 millions d’hectares de forêts, avec un maigre taux de reboisement de 1,76%.

Chaque année, le pays est touché par des feux de forêt. En 2020, près de 44.000 hectares de taillis sont partis en fumée. Les autorités avaient annoncé avoir arrêté plusieurs auteurs d’incendies criminels.

Les incendies qui se multiplient à travers le globe sont associés à divers phénomènes anticipés par les scientifiques en raison du réchauffement de la planète.

L’augmentation de la température, la multiplication des canicules et la baisse des précipitations par endroit est une combinaison idéale pour le développement des feux.

©AFP

Les mégafeux : des événements auxquels il va falloir s’habituer

Incendies en Grèce et en Turquie : panorama apocalyptique sur l’île grecque d’Eubée

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • DAOUD

    Bonsoir ! si les incendies signalées en Algérie setaient imputables à des piromanes, l’on devrait pas ignorer que le réchauffement de la planète pourrait être également la cause, et, pourquoi pas favoriser la propagation A+

Changement climatique et "défis sécuritaires" au menu du sommet du sud de l'UE à Athènes

Lire l'article

Pierre René, amoureux des glaciers pyrénéens et son monde perdu

Lire l'article

Limiter le réchauffement climatique à 1,5°C est impossible sans mesures radicales immédiates, prévient l'ONU

Lire l'article