Jour du Dépassement, tous les articles sur le sujet. Si tout le monde vivait comme vous, combien de planètes faudrait-il ?

Dans les ruines des inondations, la quête des disparus

Allemagne recherches disparus

Vue aérienne des secours déblayant les gravats au bord de la rivière Ahr après les inondations qui ont ravagé l'ouest de l'Allemagne, à Schuld, près de Bad Neuenahr-Ahrweiler, le 18 juillet 2021 © AFP Christof STACHE

Bad Neuenahr-Ahrweiler (Allemagne) (AFP) – Les tuyaux s’enfoncent dans l’obscurité d’un garage d’Ahrweiler, cité allemande sinistrée par les inondations. Des milliers de litres d’eau sont pompés du sous-sol, tandis que les pompiers, à l’extérieur, appréhendent d’y découvrir l’un des nombreux disparus recherchés désespérément par leurs proches.

« C’est le jeu du hasard », confie à l’AFP Sven Heich, 44, pompier volontaire engagé dans les opérations de secours.

Vendredi, cet employé de 44 ans et son équipe ont découvert le corps d’une dame âgée, noyée dans son appartement situé au rez-de-chaussée.

A l’extérieur de Bad Neuenahr-Ahrweiler, un aérodrome sert de base pour les hélicoptères qui évacuent notamment les cadavres des victimes que les secours découvrent encore dans les décombres.

Le bilan s’alourdit chaque jour dans l’ouest de l’Allemagne où le nombre de victimes s’élevait lundi à 165 morts.

Combien sont encore disparus ? Les autorités sont prudentes. En Rhénanie-Palatinat où la majorité des victimes ont trouvé la mort, la police tente d’établir le contact avec plusieurs centaines de personnes, a indiqué lundi le ministre régional de l’Intérieur Roger Lewentz.

Des habitants signalés manquants par leurs proches depuis les intempéries dramatiques de la nuit du 14 au 15 juillet finissent par pouvoir donner des nouvelles, après des jours sans accès aux réseaux de communications. Pour d’autres, l’issue est funeste et leur nom vient allonger la liste des victimes décédées.

Sur les réseaux sociaux, les avis de recherche se diffusent et se partagent.

Un message des proches de Lisa H., disparue mercredi soir alors qu’elle avait entrepris un court trajet à pied, a été relayé de nombreuses fois. « Merci du fond du coeur pour vos nombreux partages, mais vous pouvez arrêter. Lisa n’a pas survécu », a fait savoir samedi l’une de ses connaissances sur Facebook.

« L’espoir s’évanouit »

Des images d’émouvantes retrouvailles, après des heures d’angoisse, sont également publiées.

D’autres appels restent vains : « Toujours disparus ! L’espoir de retrouver mes beaux-parents s’évanouit sérieusement. Mais ma famille a besoin de certitude. Qui a vu leur camping-car avec cette couleur particulière ? », lançait dimanche Michael K. sur Facebook.

Les familles peuvent aussi s’adresser aux centrales téléphoniques mises en place dans les zones sinistrées.

Une plateforme est dédiée au canton martyr de Bad Neuenahr-Ahrweiler. Au bout du fil, les agents sont chargés de recueillir le plus d’informations possibles sur les personnes recherchées, explique à l’AFP Ulrich Sopart, porte-parole de la police de Coblence (Rhénanie-Palatinat).

« Après le nom, nous demandons comment la personne était habillée ou était susceptible de l’être. Ce n’est pas toujours évident, surtout si la dernière rencontre remonte à plusieurs jours », reconnaît-il.

Une cinquantaine d’enquêteurs travaillent sur les signalements.

« En raison de la panne du réseau de téléphonie mobile, une personne est souvent signalée comme disparue par trois autres personnes : sa famille, ses amis et ses collègues de travail », explique M. Sopart, rendant nécessaire un travail de recoupement des informations.

L’enquête se déplace ensuite sur le terrain : se rendre à l’adresse de la personne disparue, demander aux voisins si elle a donné signe de vie.

« Avec plusieurs centaines de personnes recherchées, cela peut prendre des semaines ou des mois », observe M. Sopart.

« Quand vous voyez la dévastation, vous comprenez que nous n’avons pas pu aller dans chaque maison et que nous allons trouver d’autres morts », a prévenu Roger Lewentz.

Dans la violence des inondations, des maisons, des voitures, des routes ont été emportées et il se peut, ajoute Ulrich Sopart, « que nous ne trouvions pas les corps ».

« Des témoins nous ont raconté avoir vu des voitures dériver sur des rivières en crue, leurs passagers bloqués à l’intérieur », a rapporté à l’AFP un responsable de la sécurité civile, sous couvert d’anonymat.

©AFP

Inondations : Berlin veut améliorer le système d’alerte, le bilan s’alourdit

Ecrire un commentaire

"Notre patrie brûle" : en Sibérie, des bénévoles au front des feux de forêts

Lire l'article

"Je vais mourir sous cette chaleur" : Athènes confrontée à une nouvelle canicule

Lire l'article