Jour du Dépassement, tous les articles sur le sujet. Si tout le monde vivait comme vous, combien de planètes faudrait-il ?

Climat: Castex annonce que l’exécutif « met un terme au processus de révision constitutionnelle »

Castex révision constitutionnelle

Jean Castex, le 22 juin 2021, à Paris © AFP/Archives Alain JOCARD

Paris (AFP) – Jean Castex a annoncé mardi que l’exécutif, en désaccord avec le Sénat, mettait « un terme au processus de révision constitutionnelle » sur le climat, sur laquelle Emmanuel Macron souhaitait un référendum après avoir suivi les recommandations de la Convention citoyenne pour le climat.

Le Sénat, à majorité de droite, avait adopté lundi en deuxième lecture une formulation différente de celle votée par l’Assemblée et soutenue par le gouvernement, autour de l’inscription dans la Constitution notamment de la « préservation de l’environnement ».

[À lire aussi Gregoire Fraty de la Convention Citoyenne pour le Climat: : « le politique est incapable de se saisir de la question climatique »]

« Compte tenu de ce que prévoit l’article 89 de notre Constitution, ce vote met hélas un terme au processus de révision constitutionnelle dont nous continuons à penser qu’il était indispensable à notre pays », a déclaré le Premier ministre lors de la séance de questions au gouvernement à l’Assemblée.

Estimant avoir fait « un pas » en direction du Sénat en amendant à la marge le texte, M. Castex a déploré que « cette main tendue » n’ait « pas été saisie » par la haute assemblée lundi en le réécrivant de nouveau.

« C’est profondément regrettable mais le combat continue », a-t-il martelé, après avoir été interpellé par le député LREM Pieyre-Alexandre Anglade.

Selon la dernière version approuvée par l’Assemblée, il s’agissait d’inscrire que la République française « garantit la préservation de l’environnement et de la diversité biologique et agit contre le dérèglement climatique ». Le Sénat a de son côté proposé d’écrire que la République française « agit pour la préservation de l’environnement et de la diversité biologique et contre le dérèglement climatique, dans les conditions prévues par la Charte de l’environnement de 2004 ».

Alors que chacun campe sur ses positions, et quand bien même la navette entre les deux chambres aurait pu se poursuivre autant que nécessaire, l’exécutif a donc choisi mardi de fermer le ban.

« L’urgence climatique est là, le risque est réel », a souligné mardi M. Castex en fustigeant ceux qui « refusent de voir la réalité en face » et d’autres qui « privilégient une approche idéologique, maximaliste ».

« Nous faisons en même temps le choix de l’ambition et le choix du pragmatisme, c’est à dire le choix de l’efficacité », a-t-il défendu.

©AFP

Climat dans la Constitution: le Sénat vote un texte réécrit

La Convention citoyenne pour le climat juge le travail du gouvernement

7 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Henri DIDELLE

    BATAILLE DE GAMINS DANS UNE COUR DE RECREATION !!!

    Autant dire que le problème du réchauffement climatique pourra toujours attendre. De toute manière ce ne sont pas nos marionnettes d’hommes politiques qui en soufriront le plus, mais nos descendants. Alors après eux le déluge !!! De toute manière tous les yeux sont braqués sur la prochaine élection présidentielle. Pas très sérieux tout ça…
    Et dire que certains s’étonnent encore du fort taux d’abstention….

    • Grossmann

    C’est semble-t-il malheureusement vous qui êtes dans le vrai Mr Didelle

    Le français qui n’est pas idiot l’a compris ce qui explique de mon point de vue en partie l’abstention record

    Le pragmatisme étant une doctrine selon laquelle n’est vrai que ce qui fonctionne réellement, reste à espérer que l’on joue sur les mots et qu’il s’agit seulement d’un désaccord de façade tout le monde étant pour finir et en dépit des apparences d’accord sur le fond

    Mr Castex aurait-il raison de fustiger ceux qui « refusent de voir la réalité en face » ?

    Toujours est-il que ceux qui « privilégient une approche idéologique, maximaliste » sont selon moi ceux qui négligent le premier mode d’action (1) orienté vers la domination du gâchis actuel et qui envisagent d’agir en utilisant plutôt les modes d’action allant de 2 aux suivants.
    voir à ce sujet le fichier ci-dessous

    http://www.infoenergie.eu/riv+ener/Sources%20potentielles.htm

    Notre premier ministre quoi qu’il en soit a de mon point de vue raison d’estimer que « l’urgence climatique est là et le risque réel ».

    Concernant les modes d’actions à mettre en oeuvre pour atténuer ce risque, le
    lutin thermique que je suis est en accord avec la méthode proposée à la page 390 du fichier ci-dessous, synthese de son rapport sur l’énergie qui met l’eau au centre du dispositif
    http://www.infoenergie.eu/riv+ener/8synthese.pdf

    • Serge Rochain

    Bien sûr que le problème climatique n’est pas urgent, il peut bien attendre que l’on s’ennuie un peu pour avoir du temps à consacrer à cette futilité. D’ailleurs, comparé au Présidentielles, y a t’il quel que chose qui pourrait être plus urgent à traiter ?

    • Grossmann

    On peut à cette occasion se demander si le politique est dans la pratique au service du citoyen.

    http://www.infoenergie.eu/riv+ener/complements/essoc.htm

    • ANNE-MARIE WISNIEWSKI

    Pendant que ces messieurs tergiversent la planète se meure …

    • Méryl Pinque

    Les gouvernements du monde sont tous criminels en raison de leur inaction sur le plan environnemental.
    Tous les voyants sont au rouge et ils ne font rien.

    • Grossmann

    À part un de mes amis corses personne ne m’a donné raison sur la vision que j’ai d’une transition énergétique orientée vers la « Solar Water Economy » que nous allons devoir, selon moi, mettre en place. Voir
    http://infoenergie.eu/riv+ener/introduction.pdf

    Ceci compte tenu du fait qu’elle semble à l’évidence étroitement liée à nos problèmes climatiques actuels.

    Concernant la révision de notre constitution qu’il serait nécessaire de mettre en place pour assurer cette transition, l’Angleterre semble en avance sur l’Europe à ce sujet: la Reine ordonne et l’exécutif exécute….

    Mettre un Roi ou une Reine en France….. faire en sorte que l’écologie ait autorité sur le politique…..?? Si quelqu’un a une idée pour que la nécessaire transition se fasse sans qu’il soit besoin de réviser notre constitution, il est le bienvenu. Notre premier ministre pourrait peut-être nous donner une idée à ce sujet…

    En ce qui me concerne, je suis français et j’ai déclaré dans un sondage concernant notre devenir énergétique n’appartenir à aucun parti

"Notre patrie brûle" : en Sibérie, des bénévoles au front des feux de forêts

Lire l'article

"Je vais mourir sous cette chaleur" : Athènes confrontée à une nouvelle canicule

Lire l'article