Jour du Dépassement, tous les articles sur le sujet. Si tout le monde vivait comme vous, combien de planètes faudrait-il ?

Le carbone noir, fléau climatique pour l’Arctique


Le carbone noir accélère la fonte de la calotte glaciaire de l'Arctique © AFP/Archives STEEN ULRIK JOHANNESSEN

Londres (AFP) – Le carbone noir, nom donné aux particules polluantes provenant notamment du fioul lourd qui propulse les navires, se retrouve sur la calotte glaciaire de l’Arctique et contribue à l’accélération de sa fonte.

Sian Prior, conseiller principal de l’ONG Clean Arctic Alliance, appelle les membres de l’Organisation maritime internationale (OMI) qui entament jeudi un cycle de réunions pourraient à légiférer sur le sujet. Il faut préciser que les bateaux ne sont pas la seule cause.

Question: Quel est le lien entre trafic maritime et carbone noir?

Réponse: Les navires utilisent généralement pour leur propulsion le combustible le moins cher et le plus polluant issu du raffinage du pétrole, le fioul lourd (HFO).

Lorsque les bateaux brûlent du HFO, ils produisent des particules de carbone noir qui sont émises dans l’environnement par leurs gaz d’échappement.

Elles se déposent ensuite sur la neige ou la glace avec pour effet de réduire la réverbération. L’absorption de chaleur est donc plus importante, ce qui entraîne une accélération de la fonte des glaces.

S’il n’est pas à proprement parler un gaz à effet de serre, le carbone noir contribue bien au réchauffement climatique d’origine humaine, en particulier dans l’Arctique où son impact est amplifié par la présence de neige et de glace.

Le transport maritime n’est pas le seul responsable, les émissions de particules de carbone noir sont également émises par l’industrie énergétique, mais aussi les feux de forêt ou encore les poêles à bois.

Le carbone noir a également un impact négatif sur la santé humaine et est responsable des maladies respiratoires et de décès prématurés.

Q: Pourquoi est-ce important de s’attaquer aux émissions de carbone noir en Arctique ?

R: Lorsqu’il tombe sur de la neige ou de la glace, le carbone noir a un impact sur le réchauffement 7 à 10 fois plus important que sur la terre.

Environ 7 à 21% de l’impact de la navigation sur le réchauffement climatique mondial peut être attribué au carbone noir, le reste étant lié aux émissions de CO2.

Les émissions de carbone noir dues au transport maritime ont déjà augmenté de 85% entre 2015 et 2019.

L’augmentation du transport maritime dans la région, rendu plus favorable par ses premiers dégâts – la fonte des glaces et l’ouverture de routes maritimes – entraînera de nouvelles augmentations des émissions de carbone noir, accélérant un cercle vicieux.

Q: Que peut faire l’Organisation maritime internationale (OMI) ?

R: La solution est simple: en incitant l’industrie du transport maritime à utiliser des carburants distillés, tels que le gazole ou le gazole marin (MGO), ou d’autres sources d’énergie plus propres, les émissions de carbone noir dans l’Arctique seront immédiatement réduites de 44%.

En outre, les navires utilisant du gazole ou du MGO devraient être également tenus d’installer et d’utiliser des filtres à particules, ce qui réduirait les émissions de carbone noir de plus de 90%.

En imposant un changement de combustible, l’OMI – et le secteur du transport maritime – pourrait remporter une victoire facile en réalisant une réduction importante des émissions de carbone noir dans l’Arctique.

Ce serait également une victoire pour le climat à l’échelle mondiale, pour l’Arctique et pour les personnes dont la subsistance dépend de son écosystème.

© AFP

Lire aussi

Transport maritime: l’OMI se penche sur de nouvelles règles environnementales

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Xavier78

    Merci pour votre article qui mérite d être diffusé car je n étais pas au courant encore une fois on voir l aberration humaine de polluer sans imposer des mesures assez simple de mettre en oeuvre

    • Aristide NGOMA NGOMA

    L’ONG BCER GABON dont j’ai l’honneur de diriger avait déjà tiré la sonnette d’alarme, que la maison commune qu’est la planète, avait un besoin urgent, c’est d’être réparée et que soit assuré un avenir durable.

    Dans un monde où la concurrence économique est devenue féroce, plus on dénonce, plus on pratique, plus aucune décision mieux que qui conque ne voudra défendre la cohésion, la paix sociale mondiale et la tranquillité environnementale. Or, le billant est très alarmant sur le changement climatique , parce qu’il découlent des actions des entreprises multinationales, qui multiplient la globale carbone de par les océans qui révèlent que les émissions de CO2 avait augmenté de plus de 0,6% au niveau mondial, malgré le recule du carbone, aucune mesure n’est prises pour éviter cette possible dérive. C’est choquant. IL y-a donc un risque bien réel d’emballement climatique.

    Aussi, avec les températures qui augmentent, le niveau de la mer s’élève à cause de l’eau plus chaude qui occupe un volume plus important et un désastre se prépare, le niveau de la mer continuera d’augmenter.

    IL ne s’agit pas de théorie mais d’observation historique qui nous amènera à affronter les situations les plus graves que celles-ci soient le résultat d’un choix ou des pandémies avenirs. Le monde est mis en danger extreme par l’incapacité des chefs des gouvernements à prendre en compte l’épuisement rapide des glaces naturelles.

    • Guy J.J.P. Lafond

    13JUIN2021

    Merci, GoodPlanet, de marteler le message!

    Une autre action donc à ajouter à notre plan mondial pour vaincre la pollution!

    « OMI aussi: svp, »

    Autrement, notre armée de guerriers pacifiques augmentent jour après jour. Nous sommes tous au front pour une seule et bonne cause: vaincre nos ennemies, soit la pollution excessive et les émissions excessives de GES.
    Ensemble, nous réapprenons jour après jour à mieux gérer nos ressources naturelles et nos ressources humaines afin de préserver ce fragile équilibre de notre planète bleue.

    t: @GuyLafond @Famille Lafond
    À nos vélos, à nos espadrilles de course, à nos vêtements de plein air! Car le temps file et car les enfants comptent et savent compter.
    https://twitter.com/UNBiodiversity/status/1395129126814691329

Incident à l'EPR de Taishan en Chine : un réacteur finalement arrêté

Lire l'article

ITER : comment le numérique aide à éviter et contrôler les instabilités de la fusion nucléaire

Lire l'article