Le réchauffement climatique modifie l’axe de rotation de la Terre


Vallée de Taylor - Glacier du Commonwealth et détroit de Mc Murdo - Terre de Victoria - Antarctique (pôle Sud)

En partenariat avec Futura :

L’axe de rotation de la Terre n’est pas fixe. Cela se manifeste par un déplacement de la position des pôles. Un mouvement suivi depuis quelque temps déjà par les scientifiques. Aujourd’hui, ils soulignent que le réchauffement climatique anthropique et plus largement, les activités humaines, ont accéléré ce mouvement naturel de manière notable.

L’inclinaison de l’axe de rotation de la Terre par rapport au plan de l’écliptique n’est pas constante. Les scientifiques tentent encore de comprendre quels sont exactement les phénomènes à l’origine de cette variation. Mais la façon dont l’eau se distribue à la surface de notre planète semble être un facteur important. Et aujourd’hui, des chercheurs de l’Académie des sciences chinoise nous apprennent que la fonte des glaciers dû au réchauffement climatique anthropique en cours a suffisamment redistribué les eaux pour accélérer le déplacement du pôle nord, le faisant basculer du sud vers l’est au milieu des années 1990.

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont calculé la perte totale en eau stockée sur les terres dans les années 1990. Ils se sont appuyés sur des données de fonte des glaciers et des estimations du pompage des eaux souterraines. Et les pertes d’eau des régions polaires font figure de principal moteur de la dérive polaire. Une dérive dont la vitesse moyenne entre 1995 et 2020 est environ 17 fois supérieure à celle de la période 1981-1995.

L’impact étonnant des activités humaines sur la Terre

La fonte de plus en plus rapide de la glace avec le réchauffement climatique ne peut toutefois pas expliquer la totalité de la dérive. Même si les chercheurs n’ont pas poussé leur analyse jusqu’à là, ils estiment que l’écart restant pourrait résulter de perturbations dans les régions non polaires. En raison, notamment, du pompage non durable des eaux souterraines pour l’agriculture.

Des résultats qui montrent, selon les chercheurs, à quel point les activités humaines peuvent avoir un impact sur notre Terre. Allant jusqu’à déplacer son axe de rotation. Sans réel effet sur notre vie quotidienne malgré tout. Puisque l’opération ne pourrait, tout au plus, faire évoluer la durée de nos journées que de seulement quelques millisecondes.

Notre planète n’est pas tout à fait sphérique. Et son axe de rotation — qui relie le pôle nord au pôle sud en passant par le centre de la Terre — a tendance à osciller et à dériver petit à petit. Il dérive de 10 centimètres par an, c’est-à-dire de quelque 10 mètres au cours du seul XXe siècle. Des chercheurs de la Nasa (États-Unis) ont souhaité étudier le phénomène. Forts de données d’observation et de modèles puissants, ils ont identifié trois processus qui pourraient l’expliquer.

Le rebond glaciaire, déjà incriminé par des études antérieures, est le plus connu d’entre eux. Les glaciers ont tendance à enfoncer la surface de la Terre (un peu comme lorsqu’une personne s’installe sur un matelas). Au moment de la fonte des glaces, celle-ci remonte peu à peu. Mais, selon les chercheurs de la Nasa, ce phénomène ne pourrait pas expliquer plus d’un tiers des dérives de rotation observées.

Des causes naturelles et une cause anthropique

La convection du manteau terrestre interviendrait également pour un tiers. Ainsi, sous l’effet de la chaleur émise par le noyau de la Terre, des roches subissent un schéma de circulation verticale. De quoi redistribuer les masses et perturber la rotation de notre planète.

Le dernier processus mis en cause est quant à lui imputable à l’Homme. Il s’agit en effet de la fonte des glaces du Groenland résultant du réchauffement climatique. Pas moins de 7.500 gigatonnes auraient en effet été transférées vers les océans, responsables d’une élévation du niveau de la mer… et d’une dérive de l’axe de rotation de notre planète.

Un article de Nathalie Mayer, retrouvez d’autres articles sur Futura.

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Jean Grossmann

    Il ne faut pas oublier Milankovic
    et les trois mouvements de la terre par rapport au soleil qui évoluent régulièrement et répétitivement

    À ces mouvement de la terre par rapport au soleil se superpose principalement les conséquences de la combustion du charbon qui élève la température sur terre. Voir

    http://www.infoenergie.eu/riv+ener/5urgence-changement.pdf

    • Serge Rochain

    Ce déplacement angulaire de l’axe de rotation de la Terre est à ne pas confondre avec le déplacement des pôles magnétiques bien qu’une partie des raison du déplacement du premier eut expliquer une partie de déplacement du second.

    • Guy J.J.P. Lafond

    Heureusement, nous avons des satellites qui continuent d’enregistrer plusieurs types de données.

    Et j’ai comme l’impression qu’une forme de connaissance jusque là sous-estimée – la physique climatologique – va prendre de l’essor à mesure que l’eau solide (la glace) aux deux pôles se met à diminuer considérablement pour se redistribuer davantage ailleurs sur la planète. La vitesse de rotation de la Terre en sera-t-elle aussi affectée? Parlez-en à des patineuses et patineurs artistiques…

    t:@GuyLafond @FamilleLafond
    À nos vélos, à nos espadrilles de course, à nos équipements de plein air! Car le temps. Car les enfants comptent et savent compter.

Entretien avec Cyril Dion sur le climat : « l’inertie des systèmes politiques et le poids des intérêts privés ont empêché les changements, c’est un problème de système démocratique défaillant face à l’urgence écologique.»

Lire l'article