Pollution de l’air: la justice demande au gouvernement britannique d’agir


Rosamund Adoo-Kissi-Debrah est la mère d'Ella Adoo-Kissi-Debrah décédée en février 2013 d'une grave crise d'asthme, à Londres le 30 novembre 2020 © AFP/Archives Hollie Adams

Londres (AFP) – La justice a demandé au gouvernement britannique de limiter plus strictement les émissions de particules en suspension pour éviter des morts liées à la pollution de l’air, après avoir déterminé qu’elle avait contribué au décès d’une fillette à Londres.

« Des mesures devraient être prises pour éviter de futurs décès et je crois que vous et votre organisation avez le pouvoir de prendre de telles mesures », a conclu dans un rapport publié mercredi et adressé aux ministères de l’Environnement, des Transports et de la Santé, Philip Barlow, le coroner adjoint de l’arrondissement londonien de Southwark.

Cet agent de justice s’était penché sur les causes de la mort d’Ella Adoo-Kissi-Debrah, décédée le 15 février 2013 d’une grave crise d’asthme. Il avait conclu en décembre 2020, au terme de deux semaines d’audiences, que la pollution de l’air avait « contribué » à ce décès, une première en matière de justice.

Cette petite fille de neuf ans vivait à Lewisham, à moins de 30 mètres du South circular, une voie très empruntée du sud londonien, et avait été exposée à des niveaux de dioxyde d’azote et de particules en suspension -les polluants les plus nocifs- dépassant les directives de l’Organisation mondiale de la santé.

Dans son rapport, le coroner recommande de considérer les directives de l’OMS « comme des exigences minimales ». « Des objectifs juridiquement contraignants fondés sur les directives de l’OMS réduiraient le nombre de décès dus à la pollution de l’air au Royaume-Uni », a-t-il souligné.

Il estime aussi qu’une « plus grande sensibilisation » des gens, y compris un meilleur accès aux informations concernant les niveaux de pollution de l’air enregistrés nationalement et localement, les aideraient à réduire leur exposition à ce type de pollution.

La mère d’Ella, Rosamund Kissi-Debrah, a appelé le gouvernement à suivre ces recommandations, soulignant que « des enfants meurent inutilement parce que le gouvernement n’agit pas suffisamment pour lutter contre la pollution de l’air ».

Un porte-parole du gouvernement a indiqué que celui-ci « examinerait attentivement les recommandations du rapport et y répondrait en temps voulu ». Ce porte-parole a mis en avant le projet de loi Environnement, en cours d’examen au Parlement, à travers lequel le gouvernement « fixe de nouveaux objectifs ambitieux en matière de qualité de l’air, en mettant l’accent sur la réduction de l’impact sur la santé publique ».

Entre 28.000 et 36.000 décès survenant au Royaume-Uni chaque année sont estimés être liés à la pollution de l’air.

« De toute évidence, l’air toxique ne disparaîtra pas tout seul. Le gouvernement doit se ressaisir et expliquer ce qu’il va faire de plus pour empêcher que des vies comme celle d’Ella soient écourtées », a réagi Katie Nield, avocate au sein de l’association de protection de l’environnement ClientEarth.

© AFP

La pollution a contribué à la mort d’une fillette à Londres, selon la justice britanniqueroy

Ecrire un commentaire

Antarctique : un important glacier pourrait atteindre un point de non-retour et provoquer une montée des eaux de 3 m !

Lire l'article

La hausse des océans limitée avec un réchauffement climatique de 1,5°C

Lire l'article