Succès massif des aides à l’achat d’un vélo électrique en Ile-de-France

vélos électriques Paris

Des vélo électriques devant la Pyramide du Louvre à Paris le 9 juillet 2018. © AFP/Archives FRANCOIS GUILLOT

Paris (AFP) – Le nombre de primes à l’achat d’un vélo électrique délivrées par Île-de-France mobilités est deux fois supérieur aux prévisions de l’année, s’est félicitée vendredi Valérie Pécresse, en précisant que cette aide à l’achat allait être maintenue.

« Cette prime vélo de 500 euros, on en avait budgété 30.000 pour 2020, on en est à 66.000 et on n’a pas (encore) passé Noël, donc on va exploser, là aussi, toutes nos espérances », a expliqué la présidente d’Île-de-France mobilités, invitée d’une conférence en ligne de l’Association des journalistes des transports et de la mobilité.

« On pense qu’on a, grâce à la prime, déclenché l’acte d’achat pour des vélos électriques qui sont quand même assez chers », a-t-elle ajouté.

Cette aide qui finance 50% du prix d’achat d’un vélo à assistance électrique dans une limite de 500 euros, est un « réducteur des inégalités très puissant en Île-de-France », a avancé Mme Pécresse, car la ville de Paris donnait déjà une aide financière, mais pas d’autres communes.

« On va maintenir la prime », a précisé la présidente (Libres!) de la région, car le vélo électrique est un « game changer », il « change les règles du jeu, parce qu’il gomme les reliefs et qu’il permet de faire des déplacements plus longs ».

Avec le Covid et les grèves massives dans les transports il y a un an, « on a doublé à peu près l’utilisation du vélo, notamment dans Paris et en zone hyper dense, mais on voit aussi arriver le vélo en grande couronne, là où on pensait que ça n’arriverait jamais, » estime-t-elle.

Valérie Pécresse a également souligné le succès du Véligo, un service de location de vélo électrique pour six mois non-renouvelables, qui peut être financé en partie par l’entreprise et destiné « à la moyenne et à la grande couronne ».

« Victime de son succès » avec 20.000 locations, ce service « permet le passage à l’acte », assure-t-elle: « On va voir à Noël mais j’en suis certaine : de premiers bénéficiaires de Véligo vont acheter des vélos électriques » en cette fin d’année.

« Il ne suffit pas d’acheter un vélo, il faut pouvoir être en sécurité sur son vélo », résume Mme. Pécresse pour mettre en avant le plan vélo de la région Île-de-France, qui favorise notamment l’installation de « RER vélo » le long des lignes ferrées.

Pour accélérer la livraison de ces pistes cyclables, les subventions de la région pour des chantiers de franchissement des « points bloquants du réseau vélo » sont passées de 2 à 6 millions d’euros, a ajouté Valérie Pécresse.

©AFP

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Rozé

    Je ne suis pas très satisfait de cet engouement (supposé et sujet à propagande) pour le vélo électrique. Cet engin est plus lourd q’un vélo normal à cause de ses batteries et de son moteur électrique, tous deux importés d’Asie ! Ce n’est pas écologique sur cet aspect, ni bon pour une production locale des vélos. Et la batterie est loin d’être écologique.
    Je dis clairement NON au vélo électrique (bien que j’ai déjà 75 ans) et je dis OUI OUI au vélo tout simple à pédales. Dans nos agglomérations relativement plates, l’assistance électrique ne se justifie pas. Et puis un petit effort ou un ralentissement dus au vent de face fort, ce n’est pas mauvais du tout pour notre bonne santé physique ! Il ne s’agit pas de faire la course; il faut réapprendre à prendre son temps et ne pas se laisser berner par ce monde qui veut aller toujours plus vite mais ne sais même pas où il veut aller ! Comme toujours, il faut le répéter, l’important n’est pas la technologie et sa vitesse ou ses facilités apparentes, mais le VIVANT et ses éventuelles lenteurs nécessaires !

    • michel CERF

    Tout à fait d’accord avec Rozé , le tout électrique , vélos , trottinettes , voitures ect est loin de préserver l’environnement , de plus un grand nombre de ces engins que certains piétons ne supportent plus finissent dans les rivières .

    • Marcovert

    Il serait intéressant de connaitre le taux d’électrification des milliers de vélos de nos voisins les plus « cyclo » (Danemark et Hollande) car seule une côte significative justifie un VAE; or à Paris, à part Montmartre ?

L'Inde en première ligne face au changement climatique

Lire l'article

L'est de la Chine balayé par le typhon In-Fa, les transports interrompus

Lire l'article