Deloitte retire un rapport sur les pays qui « bénéficieront » du dérèglement climatique

Deloitte changement climatique économie

La firme Deloitte a retiré un rapport selon lequel des pays vont bénéficier du dérèglement climatique. © AFP Fabrice COFFRINI

Prague (AFP) – Le géant de l’audit et du conseil Deloitte a annoncé vendredi avoir retiré un rapport publié en ligne affirmant que le dérèglement climatique allait profiter à un tiers des économies mondiales au XXIè siècle.

Publiée par le bureau de Deloitte à Prague la semaine dernière, cette étude concluait que les pays situés à certaines latitudes, comme le Canada, la Norvège et la Russie, devraient être « ceux qui bénéficieront le plus de la hausse des températures » sur le plan économique.

La hausse du Produit intérieur brut (PIB) de la République tchèque, par exemple, devrait atteindre 25% d’ici 2100 « dans les scénarios où le réchauffement climatique est le plus rapide », selon un résumé de cette étude.

Dans une déclaration obtenue vendredi par l’AFP, Deloitte, l’un des quatre grands cabinets d’audit et de conseil mondiaux, a annoncé qu’il avait retiré ce rapport de son site internet.

« La formulation malheureuse n’est pas représentative de la position générale de Deloitte sur l’impact du changement climatique. C’est pourquoi, ce rapport a été retiré et n’est plus accessible au public », a indiqué la firme.

« Deloitte pense qu’il est essentiel que tout le monde  – des gouvernements aux entreprises, en passant par les ONG et les particuliers – agissent pour protéger la planète », ajoute le texte.

Les conclusions du rapport, basées sur la relation entre les températures annuelles moyennes et le PIB, contredisent la plupart des recherches sur les impacts économiques à long terme du changement climatique.

Des études récentes publiées dans des revues à comité de lecture scientifique montrent que l’économie mondiale sera fortement touchée par le réchauffement climatique d’ici à la fin du siècle, et qu’elle se contractera de 20 % d’ici à 2100 si les émissions de gaz à effet de serre ne sont pas réduites.

Des experts interrogés par l’AFP la semaine dernière avaient qualifié le rapport de « naïf et trompeur » ainsi que de « parfaitement insensé ».

La firme Deloitte, dont le siège est à New York, a réalisé un chiffre d’affaires de 47,2 milliards de dollars pour l’exercice fiscal se terminant fin mai 2020.

©AFP

Le changement climatique menace l’économie selon un rapport gouvernemental américain

5 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Michel CERF

    Ce rapport est retiré du dossier mais pas des esprits ….

    • Jean Grossmann

    Ce n’est pas tout à fait certain Michel, ceci vu qu’il y a au moins un chef de gouvernement dans le monde qui a clairement fixé un objectif zéro carbone en 2060 : celui du pays le plus peuplé au monde, le président chinois

    Quant à moi je pense qu’il est plutôt optimiste: si on y arrive en 2075 comme je l’ai mis dans le rapport que je prépare pour l’IESF ce ne sera pas trop mal

    https://www.dropbox.com/s/ortksmer7bf8sqa/chaufferie-hybride.pdf?dl=0

    • Vincent

    Rapport retiré certes, mais néanmoins qui doit être truffé de bons raisonnements. Par exemple, la fonte de la banquise arctique va permettre d’immenses possibilités pour le commerce par voie maritime dans le cercle arctique et ça, nos amis russes et chinois sont bien au fait de cette opportunité, rapport ou pas rapport…

    • Méryl Pinque

    Penser à penser aux bénéfices économiques des conséquences du réchauffement climatique, ce drame majeur, est abominable en soi et bien digne de l’espèce humaine.

    • Christophe

    Je trouve que cette étude à le mérite de nous faire réfléchir au « pfh » cher à Hubert Reeves.
    Du fond de mon petit jardin j’y pense souvent avec bonheur dans la nature, mêlé d’une triste colère.

Les bergers et agriculteurs afghans affamés par le changement climatique

Lire l'article