L’Arctique entre dans un nouvel état climatique


Les Svalbard en Norvège, archipel Arctique © Yann Arthus-Bertrand

En partenariat avec Futura :

Autour du pôle Nord, les effets du réchauffement climatique se font durement ressentir. De l’eau de mer et de la pluie plutôt que de la glace et de la neige. C’est le glissement que connaît actuellement la région. À tel point que les chercheurs parlent de revoir la définition de ce que nous appelons un climat arctique.

Chaque année, de nouveaux records de température sont établis dans la région. En juin dernier, le mercure est même monté à 38 °C en Sibérie. Et toutes les mesures le confirment : l’Arctique se réchauffe deux à trois fois plus vite que le reste du monde. De quoi faire de la région, l’épicentre du réchauffement climatique.

L’amplification arctique à l’oeuvre 

Hier encore, une mauvaise nouvelle nous est arrivée du Groenland. Un iceberg de la taille de Paris, soit 113 kilomètres carrés, s’est détaché du glacier 79N. « Ces dernières années, nous avons enregistré des températures incroyablement élevées dans le nord-est du Groenland », note Jenny Turton, chercheur, dans un communiqué de l’institut géologique du Danemark. Et aujourd’hui, « nous devrions être très préoccupés par ce qui ressemble à une désintégration progressive de la plus grande plateforme de glace restante de l’Arctique », souligne Jason Box, glaciologue.

Dans le même temps, des chercheurs du Centre national de recherche atmosphérique (NCAR – États-Unis) nous apprennent que l’Arctique s’est maintenant réchauffé de manière tellement significative que les variations annuelles de ses conditions météorologiques dépassent les limites des fluctuations passées. La région a commencé à basculer dans un état climatique totalement différent de celui dans lequel elle se trouvait jusqu’alors.

Glace de mer, températures et précipitations redéfinissent le climat de l’Arctique

Se basant sur des centaines d’observations et de simulations — pour distinguer la variabilité naturelle d’une possible transition vers un nouvel état climatique –, les chercheurs ont d’abord défini statistiquement les limites de ce que l’on peut donc désormais appeler « l’ancien Arctique ». Puis, ils ont établi à quel moment le réchauffement climatique anthropique poussera la région au-delà de ces limites. D’une manière suffisamment significative pour parler de nouvel état climatique.

Considérant la variable glace de mer, les chercheurs estiment que l’Arctique a basculé dans un climat différent de celui qu’il était auparavant dès la fin du XXe ou le début du XXIe siècle. Dans un scénario d’émissions de gaz à effet de serre élevées, la région pourrait apparaître libre de glace pendant 3 à 10 mois par an d’ici la fin de notre siècle.

Les températures de l’air, quant à elles, ne devraient entrer dans le cadre de ce nouveau climat que dans la première moitié ou au milieu du XXIe siècle. Et les précipitations devraient basculer vers une augmentation de la durée de la saison des pluies de 20 à 60 jours au milieu du XXIe siècle à 60 à 90 jours à la fin. Certaines régions de l’Arctique pourront alors être arrosées par les pluies — et non plus par la neige — tout au long de l’année.

« L’Arctique est susceptible de connaître des extrêmes de glace de mer, de température et de précipitations qui sont loin de tout ce que nous avons connu auparavant, assure Laura Landrum, auteure principale de l’étude, dans un communiqué du NCARNous devons changer notre définition de ce qu’est le climat arctique. »

L’Arctique entre dans un nouvel état climatique 

Un article de Nathalie Mayer, retrouvez d’autres articles sur Futura

Ecrire un commentaire

La hausse des océans limitée avec un réchauffement climatique de 1,5°C

Lire l'article