Inde : inquiétude autour du changement climatique après la mort de 147 personnes foudroyées

foudre orage

Au moins 147 personnes ont été tuées par la foudre au cours des dix derniers jours dans l'Etat de Bihar, dans l'est de l'Inde © AFP/Archives rakesh bakshi

Patna (Inde) (AFP) – Au moins 147 personnes ont été tuées par la foudre au cours des dix derniers jours dans l’État de Bihar, dans l’est de l’Inde, ont indiqué dimanche les autorités. Elles alertent sur de futures conditions météorologiques extrêmes dues au changement climatique.

Le bilan s’élève à 215 personnes -des agriculteurs, travailleurs ruraux et éleveurs de bétail- depuis fin mars dans l’État le plus pauvre du pays, selon les autorités.

« J’ai été informé par des météorologues, scientifiques et responsables que la hausse des températures due au changement climatique est la principale cause de la multiplication des éclairs », a déclaré à l’AFP le ministre des Situations d’urgence de l’État de Bihar, Lakshmeshwar Rai.

Quelque 25 personnes ont péri samedi, a-t-il ajouté.

Les éclairs meurtriers sont assez fréquents en Inde pendant la mousson, qui dure de juin à septembre.

Mais les autorités ont indiqué que depuis janvier, le nombre de morts dans l’État de Bihar dépassait déjà le bilan annuel des années précédentes, même si la saison des moussons vient juste de commencer.

Le spécialiste en agrométéorologie Abdus Satar a expliqué à l’AFP que la foudre et le tonnerre étaient provoqués par une instabilité de grande envergure, nourrie par une hausse des températures et un taux d’humidité trop important.

Plus de 2.300 personnes ont été tuées par la foudre en Inde en 2018, selon les statistiques officielles.

© AFP

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Fabrice Thibaut

    Cela s’appelle l’effet « humidex », amené à se représenter dans toute zone humide de notre planète. L’année dernière c’était au tour du Canada et du Japon avec plusieurs victimes, à qui le tour par la suite la Toscane et les Pouilles ou au niveau des Tropiques? Plus les zones glaciaires fondent et plus la charge électrique des nuages se renforce, celle-ci se libère d’autant plus facilement qu’elle rencontre une zone humide car celle-ci devient alors d’autant plus facilement conductrice de l’électricité ambiante, le corps humain ne peut résister à cette charge. C’est inquiétant dans le sens où on ne comprend pas le pourquoi du comment mais c’est tout simple, il s’agit d’une réaction de Dame-Nature que l’on ne respecte pas assez, quand se mettra donc à planter et végétaliser où que ce soit possible, il faut 7 ans pour qu’un arbre commence à prendre de l’ampleur. Le ressentiment, vous connaissez ?

Sous l’effet du réchauffement climatique, du méthane emprisonné dans les glaces arctiques libéré

Lire l'article

Le typhon Molave traverse les Philippines, 70.000 personnes évacuées

Lire l'article